René Lalique sur des ailes des libellules

Le 10 décembre 2020, par Anne Doridou-Heim

Le Japon pour Lalique au début du XXe siècle, la Chine pour la maison Cartier, deux visions inspirées.

René Lalique (1860-1945), Quatre libellules, broche en or jaune, diamants de taille ancienne, émaux polychromes en plique-à-jour, aigues-marines de formes coussin et ovale en pampille, épingle en or rose, vers 1900, 7,48 11,75 cm.
Adjugé : 292 100 

Le bel insecte, auquel les créateurs de l’époque art nouveau ont voué un véritable culte et qui s’était délicatement posé sur la couverture de la Gazette no 40 du 13 novembre (voir l'article Une libellule de Lalique, symbole art nouveau), a pris son envol pour rejoindre à 292 100 € un nouvel écrin. Cette précieuse broche, résultat de l’association d’or jaune, d’émaux en plique-à-jour, d’aigues-marines et de diamants, est un travail de René Lalique (1860-1945), l’une des signatures les plus emblématiques de la période. L’artiste est allé puiser son inspiration à des sources lointaines, dans ce japonisme pour lequel, dès 1867, toute l’Europe s’était prise de passion, mais que seuls quelques-uns savaient traduire avec génie. Pour ce faire, il a délaissé les pierres précieuses et s’est ouvert à des matériaux et à des techniques peu usités en bijouterie, donnant leurs lettres de noblesse aux variétés semi-précieuses – ici, l’aigue-marine est en majesté –, à l’ivoire, la nacre et souvent aux émaux. Ce n’est pas lui qui s’adapte à leurs spécificités, leur demandant à l’inverse de se plier à ses volontés pour que la nature, seul objet de son désir créatif, soit sublimée. Plus bel atour de cette vente émanant de plusieurs collections particulières, la broche de Lalique n’en était pas le seul, et les deux journées se concluaient sur un produit total de 1 100 545 €, correspondant à plus de 90 % des lots adjugés. Si la métamorphose financière de l’odonate était attendue, celle de deux bracelets rigides ouverts de Cartier l’était moins : ces deux bijoux en or décuplaient leur estimation pour retenir respectivement 111 760 € (celui serti de diamants blancs et jaunes de la fin des années 1980) et 88 900 € (celui orné de rubis et de diamants vers 1990). Ils sont ornés chacun de deux chimères, un animal fantastique au fondement de la mythologie chinoise. La maison Cartier a commencé dès les années 1920 à ajouter ce symbole de longévité à son vocabulaire ornemental, ne cessant depuis de proposer de nouvelles créations associant des combinaisons de couleurs et donnant vie à une ménagerie extraordinaire.

mardi 01 décembre 2020 - 02:00 - Live
12, rue Drouot - 12, rue Drouot - 75009
Pescheteau-Badin
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne