René Burri. Les Allemands

Le 17 mars 2020, par Sophie Bernard
René Burri, Logements de la classe ouvrière, usine Krupp, région de la Ruhr, Allemagne, 1961.
© René Burri/Magnum Photos

«L’Allemagne, c’était alors simplement l’endroit où, après la guerre, se montraient avec le plus de force certaines lignes de fracture. C’est cela qui me déterminera à ne pas faire un livre sur la France ou l’Italie ou quelque sujet agréable… » Affichée dès l’entrée, cette citation donne le ton. En choisissant l’Allemagne, René Burri (1933-2014) décide de regarder le monde en face et d’en montrer les nuances. Initié en 1959, lorsqu’il entre à l’agence Magnum, ce projet personnel – conduit en marge de commandes pour des magazines – l’amène à parcourir un pays déjà divisé en deux, mais où le mur n’a pas encore été construit. S’il se rend à l’Est comme à l’Ouest, il ne cherche pas à opposer les deux camps mais plutôt à saisir les contrastes, notamment entre les plus aisés et les plus démunis, les habitations austères des ouvriers de la Ruhr et l’ambiance joyeuse d’une fête foraine à Berlin-Ouest. Vues urbaines, intérieurs de bars et de restaurants, portraits : le parcours offre un aperçu fidèle de ce travail devenu un incontournable de l’histoire de la photographie au fil des décennies. S’éloignant de la démarche traditionnelle du reportage, René Burri, suisse par son père et germanique par sa mère, avait choisi de prendre son temps et d’accumuler les images avant d’en faire un livre, Les Allemands, qui n’allait paraître qu’en 1962. C’est avec différents exemplaires de cet ouvrage, publié en français (Robert Delpire, Paris) et en allemand sous le titre Die Deutschen (Fretz & Wasmuth, Zurich) – aujourd’hui épuisé –, que s’achève l’exposition.

Galerie Folia,
13, rue de l’Abbaye, Paris 
VIe, tél. : 01 42 03 21 83.
Jusqu’au 18 avril 2020.
www.galerie-folia.fr