facebook
Gazette Drouot logo print

Relativité et radioactivité faisaient bon ménage chez Aristophil

Le 29 novembre 2018, par Anne Doridou-Heim

Aristophil clap 3, terminé ! Les treizième et quatorzième sessions bouclaient ce nouveau tour d’horizon de la littérature réalisé en cinq temps par quatre maisons de ventes et ayant connu pas moins de trente-deux préemptions (voir Gazette no 41 page 142)… le tout sur un bilan positif, avec une moyenne de lots vendus s’élevant…

Relativité et radioactivité faisaient bon ménage chez Aristophil
Émilie du Châtelet (1706-1749), Exposition abrégée du sisteme du monde selon les principes de Mr Newton, manuscrits en partie autographes, vers 1745-1749, ensemble de 842 pages en trente-cinq cahiers.
Adjugé : 507 000 €

Aristophil clap 3, terminé ! Les treizième et quatorzième sessions bouclaient ce nouveau tour d’horizon de la littérature réalisé en cinq temps par quatre maisons de ventes et ayant connu pas moins de trente-deux préemptions (voir Gazette no 41 page 142)… le tout sur un bilan positif, avec une moyenne de lots vendus s’élevant à 70 % et un produit global de 8,8 M€. Maître Aguttes pouvait relever avec justesse que «les acheteurs sont rassurés par la qualité des œuvres, mais également le processus mis en place pour les vendre». Et de fait, le pourcentage de lots adjugés ne cesse de progresser. Plus de deux cents écrits scientifiques étaient proposés lors de ces deux vacations, illustrant un premier volet sur cette thématique et retenant 3 250 499 € à elles deux (2 370 789 € pour la première, 879 710 €, la seconde). La palme revenait à Émilie du Châtelet (1706-1749), l’une des lumières de ce siècle qui en compta tant, amie des philosophes et des mathématiciens et très proche de Voltaire. C’est en traduisant les principes de la philosophie newtonienne qu’elle contribua à la recherche de son époque. Une réunion de manuscrits de travail en partie autographes et abondamment corrigés qui servirent à la publication après sa mort de son grand œuvre, Exposition abrégée du sisteme du monde selon les principes de Mr Newton, s’envolait à 507 000 €, une belle surprise. Ensuite, deux figures fortes de la première moitié du XXe siècle entraient en scène pour expliquer au public les principes de la relativité et de la radioactivité. Une vaste entreprise… 299 000 € s’inclinaient devant le manuscrit autographe de Altes und Neues zur Feld-Theorie, écrit à Berlin vers 1929 par Albert Einstein (1879-1955), et 227 500 €, devant une dactylographie corrigée de la seconde partie du traité de Marie Curie (1867-1934), Radioactivité, publié de manière posthume par Frédéric Joliot et Irène Joliot-Curie et considéré comme son testament scientifique. Après l’épouse, le mari. L’importante correspondance échangée par Pierre Curie (1859-1906) avec le chimiste Eugène Demarçay, et qui permet de suivre étape par étape les expériences menées par le couple rien de moins que la découverte du radium, annoncée à son collaborateur dès le 10 décembre 1898 , était reçue à 325 000 €. Enfin, il est bon de constater que les théories de Charles Darwin (1809-1882) n’étaient pas remises en cause, et qu’une édition originale de On the Origin of Species, éditée à Londres en 1859, recueillait 109 900 €.

livres anciens et modernes, manuscrits, sciences
lundi 19 novembre 2018 - 16:30 (CET) - Live
Salle 1 - Hôtel Drouot - 75009
Aguttes , Les Collections Aristophil
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne