Gazette Drouot logo print

Record mondial pour Raden Salèh !

Publié le , par Philippe Dufour

On s’attendait à une belle surprise, au vu de l’importance et de la rareté de l’œuvre (voir Gazette n° 1, page 6)... Le résultat s’est situé au-delà des espérances les plus folles : La Chasse au taureau sauvage du peintre indonésien Raden Salèh s’est envolée à 8 928 000 € (7 200 000 € au marteau), ce samedi 27 janvier à...

Record mondial pour Raden Salèh !
Raden Salèh Sarief Bustaman dit Raden Saleh (vers 1811-1880), La Chasse au taureau sauvage (banteng), 1855, huile sur toile, 110 x 180 cm.
Adjugé : 8 928 000 €

On s’attendait à une belle surprise, au vu de l’importance et de la rareté de l’œuvre (voir Gazette n° 1, page 6)... Le résultat s’est situé au-delà des espérances les plus folles : La Chasse au taureau sauvage du peintre indonésien Raden Salèh s’est envolée à 8 928 000 € (7 200 000 € au marteau), ce samedi 27 janvier à Vannes ! Il faut rappeler les circonstances improbables de la découverte de la toile, retrouvée par hasard dans un sous-sol, à Auray, par Jack-Philippe Ruellan, le commissaire-priseur, qui précise qu’il «s’agit non seulement d’un record mondial pour l’auteur de la peinture, mais aussi dans l’histoire de la vente aux enchères en Bretagne». La dernière enchère la plus importante pour cet artiste, s’élevant à 1 600 000 € au marteau avait été établie le vendredi 13 mai 2011 par Van Ham Kunstauktionen, à Cologne (source Artnet). Si la mise à prix était de 200 000 €, les enchères n’ont cessé de grimper jusqu’à ce sommet, entretenues principalement par des collectionneurs indonésiens, dont certains avaient fait le voyage, face aux téléphones parmi lesquels le musée Pasifika de Bali, qui expose déjà trois tableaux du peintre. L’un d’entre eux l’a finalement emporté et le ramènera dans son pays d’origine. Né à Java, Raden Salèh Sarief Bustaman de son nom complet a reçu une éducation artistique occidentale à Batavia (l’actuelle Jakarta) avant de venir étudier la peinture à Paris, dans l’atelier d’Horace Vernet, puis de se faire connaître en Hollande, alors puissance colonisatrice de l’Indonésie. Retourné dans sa patrie, il se fait surtout connaître pour ses chasses au lion ou au tigre, aujourd’hui si recherchées par ses admirateurs indonésiens, ou encore singapouriens. Actuellement, la National Gallery de Singapour lui consacre d’ailleurs une exposition (conjointement avec le peintre philippin Juan Luna). Cette version inédite, datée 1855, met en scène des chasseurs attaquant un taureau sauvage ; celui-ci, appelé «banteng» en javanais, pourrait bien évoquer la cause indépendantiste, dont les tenants l’ont élu comme symbole. De surcroît, l’œuvre avait pour elle d’illustrer toutes les facettes appréciées chez le peintre : le panorama exotique, le portrait, la veine animalière et bien sûr un somptueux coloris, qui réapparaîtra ici après une restauration programmée. 

tableaux anciens, arts décoratifs, tableaux du XIXe, tapisseries, objets d'art et d'ameublement
samedi 27 janvier 2018 - 14:30 (CET)
8, rue du docteur Joseph-Audic, zone d'activités du Ténénio - 56001 Vannes
Jack-Philippe Ruellan
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne