Gazette Drouot logo print

Record mondial pour Drölling 

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 29 mars 2019 - 14:00 (CET) - Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009

La curiosité n’était décidément pas un vilain défaut. Cette Jeune fille écoutant à la porte, peinte sur un panneau d’acajou par Martin Drölling (1752-1817) en 1804, ne pouvait cependant pas deviner que plus de deux siècles plus tard, elle offrirait à son auteur un record mondial de 300 800 € (source : Artnet). Le précédent,...

Martin Drölling (1752-1817), Jeune fille écoutant à la porte, 1804, panneau d’acajou,... Record mondial pour Drölling 
Martin Drölling (1752-1817), Jeune fille écoutant à la porte, 1804, panneau d’acajou, 53,5 45,5 cm.
Adjugé : 300 800 

La curiosité n’était décidément pas un vilain défaut. Cette Jeune fille écoutant à la porte, peinte sur un panneau d’acajou par Martin Drölling (1752-1817) en 1804, ne pouvait cependant pas deviner que plus de deux siècles plus tard, elle offrirait à son auteur un record mondial de 300 800 € (source : Artnet). Le précédent, de 169 500 €, obtenu chez Christie’s à Paris le 15 avril 2013 pour La Leçon de musique, était largement dépassé. Deux œuvres typiques de l’univers de cet artiste d’origine alsacienne, celui des scènes intimistes soigneusement léchées, et rappelant qu’avant de se lancer dans ses propres productions, il s’est formé en copiant les maîtres de l’école du Nord du XVIIe siècle, et tout spécialement Gerard Dou, Gerard ter Borch, Willem Van Mieris, les peintres de la manière fine leydoise. Revenons à cette charmante œuvre. Drölling l’exécute en 1804. Il est donc en pleine maturité et peut jouer avec le spectateur, qui ne peut manquer de s’interroger sur le sens soigneusement caché et surtout, se demander ce que la jolie personne voudrait bien entendre. La demoiselle est jeune et l’on pourrait imaginer que derrière cette porte, c’est son avenir matrimonial qui est en train de se conclure. La présence d’un chien un symbole de fidélité , aux aguets comme elle, peut accréditer cette idée. Mais il ne s’agit que d’une supposition, bien d’autres pouvant venir à l’esprit, et c’est bien tout le talent du peintre que de laisser l’esprit vagabonder ! Imagination encore… Il est probable que l’acheteur de ce panneau ait commandé un pendant en 1808, obligeant l’artiste à concevoir un arc narratif. Ce sera Une femme surprise (voir Gazette no 11 du 22 mars, page 72). Celle-ci connaissait moins de succès cependant, puisqu’elle n’était reconnue qu’à hauteur de 44 800 €. Pour demeurer dans le registre de la surprise, il convient de signaler les 154 880 € reçus par une Tête de jeune garçon (45 38,8 cm) attribuée à Giovanni Antonio Burrini (1656-1727), dont l’estimation était bien moindre. Burrini, appartenant au renouvellement de la peinture bolonaise de la seconde moitié du XVIIe siècle, marquée par le baroque, est surtout connu pour son activité de fresquiste. Peint sur un panneau de peuplier octogonal, présenté dans un cadre en bois sculpté et redoré du XVIIIe siècle, l’enfant songeur vient peut-être de retrouver son auteur !

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne