Gazette Drouot logo print

Recherche de provenance : le principe du réel

Publié le , par Vincent Noce

Une journée d’étude à l’Unesco a attiré l’attention sur la nécessaire association du marché de l’art à la lutte contre le trafic d’art.

Mbumba « à long cou » (Tsogho, Gabon, XIXe siècle, h. 38,5 cm) restitué au musée... Recherche de provenance : le principe du réel
Mbumba « à long cou » (Tsogho, Gabon, XIXe siècle, h. 38,5 cm) restitué au musée du quai Branly par la galerie Bernard Dulon. Il avait été donné en 1934 au musée du Trocadéro par l'abbé Walker, avant de disparaître mystérieusement.
© Courtesy Galerie Bernard Dulon, Photo Hughes Dubois
Longtemps négligée, la recherche de provenance est furieusement à la mode. Après le rapport rendu par une mission de réflexion et le colloque monté par l’Institut national de l’histoire de l’art, le Conseil des ventes et Drouot (voir l'article  Que retenir du colloque sur la recherche de provenance ? de la  Gazette n°  42, page  30, et l'article  Un rapport ministériel ambitieux sur la recherche de provenances de la n°  43, page  24), l’Unesco a tenu le 5  décembre une journée d’étude avec des professionnels, en partenariat avec Drouot. Ce fut l’occasion pour les autorités nationales d’afficher un rapprochement avec le marché de l’art. Le colonel Hubert Percie du Sert a cependant tenu à rappeler la mission fondamentale de répression dévolue à l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), qu’il dirige. Considérant que « le manque de vigilance rend nécessairement complice des organisations criminelles et terroristes », il a souligné…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous