Ray K. Metzker. Quand les mains tissent la lumière à la galerie Les Douches

Le 16 juin 2020, par Sophie Bernard
Ray K. Metzker (1931-2014), Philadelphie, 1968, tirage gélatino-argentique, 20 25,2 cm, annoté au verso.
© Estate of Ray K. Metzker/ Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

«Dans les photographies de Ray K. Metzker, il n’y a aucune mise en scène : la composition résulte uniquement de l’observation», indique Françoise Morin, la directrice de la galerie. Pourtant, on va de surprise en surprise en parcourant l’exposition, réunissant une cinquantaine de petits tirages sobrement encadrés. L’ensemble offre une traversée dans l’œuvre d’un photographe américain qui n’a jamais connu les honneurs d’une institution française, et c’est regrettable. Thème récurrent de ses soixante ans de carrière, la rue est ici abordée au travers de cinq séries courant de 1957 aux années 1980. Mais l’auteur de ces images n’est pas pour autant un street photographer. Que ce soit à Chicago ou à Philadelphie, il s’est en effet attaché à reconstruire le quotidien en saisissant à la seule force de la lumière le graphisme de la signalétique urbaine ou les courbes des voitures, et leur manière d’habiter l’espace. Le plus souvent profonds, sans nuances ni dégradés, ses noir et blanc sculptent le réel et nous donnent à voir une version inattendue du monde : ici, une vue plongeante sur trois véhicules entrant dans un garage, là, une pluie de rayons lumineux irradiant une silhouette… Quand il s’intéresse aux passants, l’artiste pointe son objectif sur des détails et privilégie des gros plans sur les corps, éludant les visages et masquant ainsi l’identité des personnes. Pour profiter pleinement de ce travail et de ces tirages d’époque réalisés par Ray K. Metzker lui-même – décidément un perfectionniste –, il faut prendre son temps. Un enchantement pour les yeux.

Les Douches la Galerie,
5, rue 
Legouvé, Paris Xe, tél. : 01 78 94 03 00.
Jusqu’au 31 juillet 2020.
www.lesdoucheslagalerie.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne