Gazette Drouot logo print

Quelques pas de danse et des spécialités

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 08 décembre 2017 - 14:00 (CET) - Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009

Entraînées par leur pas léger, Les Danseuses Borghèse, librement interprétées en terre cuite par Joseph Chinard (1756-1813) d’après un bas-relief en marbre du IIe siècle, visible à Rome au XIXe siècle dans le palais éponyme, manquaient d’en perdre la tête – nous étions en 1792…

Joseph Chinard (1756-1813), Relief dit «Les Danseuses Borghèse», 1792, terre cuite,... Quelques pas de danse et des spécialités

Joseph Chinard (1756-1813), Relief dit «Les Danseuses Borghèse», 1792, terre cuite, 39,7 x 96,7 x 2,1 cm.
Adjugé : 438 200 €

Objet d’une âpre bataille, les belles stoppaient leur course à 438 200 €, recueillant ainsi le premier prix français pour une terre cuite de l’artiste et le deuxième de son podium (source : Artnet). Annoncées (voir Gazette n° 42 du 1er décembre page 93) et attendues, elles sont néanmoins allées au-delà des espérances. Il faut dire que le raffinement de ce sculpteur d’origine lyonnaise est unanimement reconnu. Sa carrière aurait pu cependant tourner court. Entre 1784 et 1787, il séjourne à Rome pour améliorer sa technique et former son goût en copiant les antiques. Cette leçon était alors incontournable pour tout jeune sculpteur voulant percer dans le métier. Il y est à nouveau en 1791 – soit un an avant la réalisation de ce bas-relief – lorsque, sur ordre du pape Pie VI, il est incarcéré deux mois au château Saint-Ange pour avoir osé des œuvres révolutionnaires, jugées subversives. Peut-être est-ce pourquoi, de retour à Lyon en 1800, après avoir effectué un troisième et dernier voyage dans la Ville éternelle, il choisira de ne plus quitter sa ville natale, mais n’en abandonnera pas les ciseaux pour autant et sera couronné de lauriers en 1808, en recevant la grande médaille d’or du Salon de Paris. Cette vacation qui multipliait les spécialités faisait de même en termes de qualité et totalisait 1 173 966 €. Outre ces gracieuses dames, un plat aux grappes de raisin en céramique siliceuse d’Iznik vers 1550-1565 retenait 70 630 €, une partie de service de table en porcelaine tendre de Chantilly, au décor en camaïeu de brindilles fleuries, 19 320 €, une coupe libatoire en corne de rhinocéros chinoise du XVIIIe siècle se laissait appréhender à 12 880 €, tandis qu’un original modèle de secrétaire en placage de ronce d’acajou, reposant sur une base de deux sphinges adossées et appartenant à l’époque autrichienne Biedermeier, obtenait 59 248 €. Enfin, une Vierge à l’Enfant endormi peinte sur une toile ovale par il Sassoferrato (1609-1685 - voir page 106) recueillait 30 912 €. Le rideau se baissait de la plus douce des manières.

vendredi 08 décembre 2017 - 14:00 (CET) - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009
Pierre Bergé & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne