Gazette Drouot logo print

Quand Renoir valse avec Claudel

Publié le , par Sophie Reyssat
Vente le 18 novembre 2018 - 14:30 (CET) - 9, rue Carnot - 92370 Chaville

L’art moderne était l’invité d’honneur de cette vente dominicale, avec pas moins de trois enchères franchissant la barre des 100 000 €. L’œuvre la plus récompensée, à 150 000 €, était la La Baigneuse de Renoir reproduite, une contre-épreuve réalisée vers 1900 à la demande d’Ambroise Vollard, d’après un pastel de 1881-1882....

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Baigneuse, vers 1900, contre-épreuve, pastel sur... Quand Renoir valse avec Claudel
Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Baigneuse, vers 1900, contre-épreuve, pastel sur papier vélin, monogramme, 55 x 44 cm.
Adjugé : 150 000 €

L’art moderne était l’invité d’honneur de cette vente dominicale, avec pas moins de trois enchères franchissant la barre des 100 000 €. L’œuvre la plus récompensée, à 150 000 €, était la La Baigneuse de Renoir reproduite, une contre-épreuve réalisée vers 1900 à la demande d’Ambroise Vollard, d’après un pastel de 1881-1882. Rappelons qu’elle avait déjà subi le feu des enchères il y a un an, le 18 novembre, date à laquelle la même maison l’avait adjugée 160 000 €. Suite au décès de l’acheteur, ses héritiers l’ont remise en vente avec une estimation de 80 000/100 000 €, redressée par les enchérisseurs quasi à la hauteur de la précédente adjudication. L’estimation était également franchement dépassée, à 110 000 €, pour l’huile sur toile d’Henri Manguin reproduite page 172 de La Gazette n° 40. Exécutée durant l’été 1917, et nonobstant «l’année terrible» de la Grande Guerre, elle représente des Baigneurs à Colombiers. Il faut dire que cette scène à la composition structurée par deux grands arbres se situe en terrain neutre, sur les rives du lac de Neuchâtel, en Suisse, où Manguin et sa famille étaient venus à l’invitation de Félix Vallotton. Place à la sculpture ensuite, en compagnie de Camille Claudel, avec trois fontes post-mortem. La plus convoitée était l’une des huit épreuves par Delval de La Valse, ayant appartenu à la collection Massary, petit-neveu de l’artiste (voir page 161). Delval était encore à l’œuvre pour un autre agrandissement (h. 41 cm, numéroté I/IV), cette fois-ci de Sakountala ou L’Abandon, un bronze à patine brun-vert crédité de 31 000 €. Une étude pour ce groupe, à patine médaille et fondue par Valsuani en huit exemplaires, se négociait pour sa part 13 000 €. La sculpture n’était pas l’apanage de la seule Camille Claudel, 60 000 € revenant à une épreuve d’artiste à patine bleutée, fondue par Clémenti d’Égée (h. 31 cm), une sculpture allégorique d’Antoniucci Volti. Citons encore les 21 200 € d’une épreuve post-mortem à patine noire, par Valsuani, du Petit cerf, 1930 (h. 58 cm) de François Pompon. 

dimanche 18 novembre 2018 - 14:30 (CET) - Live
9, rue Carnot - 92370 Chaville
Chaville Enchères
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne