Gazette Drouot logo print

Quand Picasso regardait Maya

Publié le , par Harry Kampianne

La dation Maya Ruiz-Picasso, acceptée par l’État en 2021, ne pouvait qu’être au cœur de l’identité même du musée Picasso, spécialement créé pour abriter celle de 1979. Composée de six peintures, de deux sculptures et d’un carnet de dessins, elle est à découvrir lors d’une exposition articulée autour de ces chefs-d’œuvre...

Michel Cot, Pablo Picasso et Maya à côté de la sculpture «Tête de femme » (Dora Maar),... Quand Picasso regardait Maya
Michel Cot, Pablo Picasso et Maya à côté de la sculpture «Tête de femme » (Dora Maar), sur le tournage du « Mystère Picasso » d’Henri-Georges Clouzot, 1955. 
© Michel Cot © RMN - Grand Palais / Art Resource, NY © Succession Picasso 2022


La dation Maya Ruiz-Picasso, acceptée par l’État en 2021, ne pouvait qu’être au cœur de l’identité même du musée Picasso, spécialement créé pour abriter celle de 1979. Composée de six peintures, de deux sculptures et d’un carnet de dessins, elle est à découvrir lors d’une exposition articulée autour de ces chefs-d’œuvre conservés par la fille de l’artiste et de Marie-Thérèse Walter. Près de deux cents œuvres, archives, objets personnels, mettent en avant l’amour qui unissait Picasso et sa fille. Son omniprésence transparaît sur la grande majorité des cimaises, et sous tous les angles : Maya à l’âge de trois ans, au bateau, à la poupée, au cheval, au tablier, en costume de marin, sur le tournage du Mystère Picasso d’Henri-Georges Clouzot en 1955, en tant qu’assistante à la réalisation. Une véritable complicité, ponctuée de photographies, d’extraits de films, souligne ce désir profond de filiation dans l’œuvre et la vie du «Minotaure». C’est à un pan intime de l’histoire familiale que l’on assiste, un brin attendri, un brin voyeur. Même dans La Minotauromachie, gravure réalisée quelques mois avant sa naissance, la mise au monde de Maya est annoncée. Auprès d’elle, son père se réinvente : les objets les plus singuliers, faits de bois, fil de fer, punaises, tissus, clous, sont le fruit d’une créativité pure renouant avec une enfance de l’art qui lui est chère. Quoi de plus explicite en clôture de parcours que ce court-métrage de seize minutes, Maya dans l’œil de Pablo, réalisé par François Lévy-Kuentz ? On y découvre un artiste vulnérable, tendre, à l’écoute, loin du Picasso mondain, caustique, misogyne et arrogant. Une exposition pleine de tendresse.

Musée Picasso,
5 rue de Thorigny, Paris 
III
e, tél. : 01 85 56 00 36,
Jusqu’au 31 décembre 2022.
www.museepicassoparis.fr
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne