Gazette Drouot logo print

Quand les Crésus jouent au football avec Léonard de Vinci

Publié le , par Vincent Noce

Un peu plus de 100 £ pour le transfert de l’Écossais Willie Groves à Aston Villa  en 1893 ; 222 M€ pour Neymar au PSG en 2017… Le marché de l’art a prouvé qu’il pouvait être traversé par un météore encore plus foudroyant : 45 £ chez Sotheby’s en 1958, 450 M$ en 2017 via Christie’s pour le transfert à Abou Dhabi d’un joueur...

Quand les Crésus jouent au football avec Léonard de Vinci
 
© Christie’s

Un peu plus de 100 £ pour le transfert de l’Écossais Willie Groves à Aston Villa  en 1893 ; 222 M€ pour Neymar au PSG en 2017… Le marché de l’art a prouvé qu’il pouvait être traversé par un météore encore plus foudroyant : 45 £ chez Sotheby’s en 1958, 450 M$ en 2017 via Christie’s pour le transfert à Abou Dhabi d’un joueur à bout de souffle, un original ruiné, dont le lien avec Léonard de Vinci n’est pas formellement établi et ne le sera probablement jamais, tant il a été abîmé et repeint. Nous avions suggéré que, en insérant le Salvator Mundi dans une vacation d’art contemporain, Christie’s faisait preuve d’une grande honnêteté, en reconnaissant l’œuvre comme celle d’un artiste vivant : le restaurateur. Il s’agit, nous rappelle Thomas Campbell, le dernier directeur du Metropolitan, qui s’est attiré les foudres en se moquant de l’état du tableau, d’une remarquable praticienne, à en juger la réhabilitation qui l’a occupée six années durant : Dianne Dwyer Modestini. Pour poursuivre dans ce louable exercice de transparence, peut-être faudrait-il songer à étendre les définitions, déjà assez variées, auxquelles ont recours les maisons de ventes pour jongler avec les attributions, en se prémunissant des risques juridiques. Ainsi, la notice du tableau aurait-elle pu s’écrire : «Léonard de Vinci (?) et/ou atelier-Modestini, Milan - New York, vers 1500-2011.» Le chroniqueur Bendor Grosvenor n’y voit pas matière à scandale, tant nombre de tableaux ont pu connaître des parcours aussi douloureux (il en sait quelque chose, puisqu’il lui est arrivé d’en acheter et en revendre). Il trouve cette peinture en bien meilleur état que La Cène de Léonard, qui avait commencé à s’écailler de son vivant et a été repeinte à plusieurs reprises depuis lors. Le Burlington Magazine parle ainsi d’un «consensus» des professionnels, pour lesquels «les procédures de restauration apparaissent trop complexes pour être exposées comme allant de soi aux visiteurs».

Faire appel à l’intelligence du public, en redonnant ses lettres d’honneur à la culture scientifique, indispensable à la compréhension de l’art et de son histoire.

Pour qui est entré dans ces ateliers, les images en effet sont bien susceptibles d‘impressionner les âmes sensibles. Mais il serait aussi possible de faire appel à l’intelligence du public, en redonnant ses lettres d’honneur à la culture scientifique, indispensable à la compréhension de l’art et de son histoire. Sur la restauration du Salvator Mundi, nous renverrions ainsi volontiers au chapitre écrit par Michel Menu dans son remarquable ouvrage sur la technique de Vinci (Hermann, 2014). Pourrait-il y avoir une autre explication à la date choisie pour obtenir ce  triomphe? Après tout, «le dernier Léonard en main privée» a été acquis une semaine après l’ouverture du Louvre Abu Dhabi par son autorité de tutelle, la Tourist Development & Investment Company d’Abou Dhabi. Christie’s pouvait-elle pressentir que les dirigeants de celle-ci, très proches de la famille régnante, seraient incités par ce succès à jouer ce coup de poker, en enchérissant de 30M $ d’un coup sur un rival, qui ne serait autre que Bill Gates ? L’homme le plus riche au monde, dont la fortune, selon Forbes, dépasse les 90 milliards de dollars, engrangerait chaque jour 240 M $ en revenus. Il est déjà détenteur d’un codex de textes et de dessins de Vinci, qu’il avait payés il y a vingt-quatre ans 30 M$ un record, en ces temps qui semblent désormais si lointains. En tout cas, un musée du Moyen-Orient a choisi un Christ Rédempteur comme icône.
Il faut lui souhaiter bon courage, au moment où il va être placé au côté de la
Belle Ferronnière. Ne lui reste plus qu’à trouver son aura. Tout ceci, on l’aura compris, n’a qu’un lointain rapport avec la beauté.


Les propos publiés dans cette page n’engagent que leur auteur.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne