Gazette Drouot logo print

Quand Baudelaire affûtait sa plume

Le 07 octobre 2021, par Sophie Reyssat

Les réflexions du poète sur le sentiment de la nature séduisent au même titre que Les Fleurs du mal.

Quand Baudelaire  affûtait sa plume
Charles Baudelaire (1821-1867), lettre autographe signée, adressée à Fernand Desnoyers, suivie du manuscrit autographe signé des poèmes «Les Deux crépuscules / Le Soir / Le Matin», [fin 1853-début 1854], 3 pages in-folio dans une chemise cartonnée et un portfolio ([Roger] Devauchelle).
Adjugé : 260 000 

Consacrée aux écrivains des XIXe et XXe siècles, cette dispersion Aristophil honorait Charles Baudelaire. Proposés au plus haut à 25 000 €, ces trois feuillets s’envolaient à 260 000 €, portés par la plume exaltée du poète, refusant de «s’attendrir sur les végétaux». Fernand Desnoyers – critique littéraire, rédacteur au Polichinelle et fondateur de l’Almanach parisien – lui avait demandé de participer à un volume rendant hommage à Claude-François Denecourt, un ancien militaire auteur des premiers guides sur la forêt de Fontainebleau. Dans cette lettre, Baudelaire lui répond en s’insurgeant contre l’admiration sentimentale de la nature, «cette singulière religion nouvelle» qu’il méprise, plus ému par les tourments des âmes errant dans un Paris qui s’industrialise, que par la sage campagne de la banlieue. Sous cette missive, il a écrit ses poèmes «Le Crépuscule du soir» et «Le Crépuscule du soir matin», publiés dans la section Spleen et Idéal de l’édition originale de 1857 des Fleurs du mal. Celle-ci, agrémentée d’un portrait de Baudelaire par Bracquemond, complète des six pièces condamnées, et annotée de quatre corrections du poète, était justement emportée pour 115 353 €, sur une estimation haute de 15 000 €. Son auteur l’a dédicacée à son ami traducteur André de Goy. Changement de style avec la Chronique des temps héroïques de Max Jacob, publiée par Louis Broder en 1956. Cet in-8°, imprimé spécialement pour l’éditeur sur japon, était négocié à 92 250 €. Illustré par Picasso, il est notamment enrichi par son dessin représentant Max Jacob écrivant. Marcel Proust n’était pas oublié, 78 000 € étant requis pour ses 25 lettres adressées à Mme Williams et à son mari, ses voisins du boulevard Haussmann. L’auteur de la Recherche y évoque ses personnages, Swann et Charlus, mais aussi ses amis morts au front. La correspondance de René Char ne trouvait en revanche pas preneur (voir l'article De Charles Baudelaire à Ferdinand Céline... de la Gazette n° 33, page 60).

livres anciens et modernes, livres illustrés, manuscrits, autographes : poètes et écrivains des XIXe et XXe siècles
lundi 27 septembre 2021 - 14:15 (CEST) - Live
Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200 Neuilly-sur-Seine
Aguttes , Les Collections Aristophil
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne