Pompéi. Un récit oublié

Le 14 mai 2019, par Sarah Hugounenq
Mosaïque avec nature morte de poissons et autres animaux, Pompéi, Ier siècle av. J.-C., 14,2 84,7 cm.
© Ministero per i Beni e le Attività Culturali - Museo Archeologico Nazionale di Napoli

«Vivez l’expérience historique !» Les documents de communication annoncent la couleur : le musée de la Romanité n’a qu’un seul mot d’ordre, l’immersion de son public. Pour son deuxième accrochage temporaire, une exposition «clé en main» comme celle, inaugurale, sur les gladiateurs  la première mouture maison est prévue pour l’an prochain, autour du culte impérial , l’institution ne déroge pas à la règle. Immergé jusqu’au bout des ongles par des vidéos 3D, des mises en scène d’amphores échouées sur le sable ou des lumières rougeoyantes sur les moules des victimes gisantes de l’éruption du Vésuve, l’exposition sur Pompéi, vue à travers les yeux de Pline l’Ancien, en perd son latin. Point de départ original du propos, l’écrivain et amiral de la flotte romaine basée à Misène, sur l’autre rive de la baie napolitaine, est très vite évacué. Très grand public avec ses poncifs sur la vie quotidienne pompéienne, l’accrochage a toutefois le mérite d’aborder dans sa première section le sujet sous un angle inédit, celui de la puissance maritime romaine et son commerce, qui explique le luxe retrouvé à Pompéi. De même, si les œuvres, toutes issues des musées transalpins, ne sont pas des plus rares, l’amateur se consolera par ces morceaux de fresques illustrant des trirèmes (navires militaires) encadrées de bois acajou au début du XXe siècle comme de petits tableaux de maîtres… un divin contraste avec le regard technologique de la 3D que porte le XXIe siècle !

Musée de la Romanité,
16, boulevard des Arènes, Nîmes, tél. 
: 04 48 21 02 10.
Jusqu’au 6 octobre 2019.
www.museedelaromanite.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne