Gazette Drouot logo print

Picasso sculpteur, galerie de l’Institut

Publié le , par Harry Kampianne

Plus de 650 sculptures ont été réalisées par Picasso entre 1902 et 1962. Soixante-dix d’entre elles, accompagnées de trente-cinq dessins et tableaux, sont présentées dans les deux espaces de la galerie de l’Institut. Loin du souci de chronologie, le parcours englobe deux grands thèmes : la figure (rue des Beaux-Arts), récurrence...

Pablo Picasso (1881-1973), La Chouette, 1953, terre cuite moulée peinte, 34 x 26 x 37 cm.... Picasso sculpteur, galerie de l’Institut
Pablo Picasso (1881-1973), La Chouette, 1953, terre cuite moulée peinte, 34 26 37 cm.
© Succession Picasso 2022

Plus de 650 sculptures ont été réalisées par Picasso entre 1902 et 1962. Soixante-dix d’entre elles, accompagnées de trente-cinq dessins et tableaux, sont présentées dans les deux espaces de la galerie de l’Institut. Loin du souci de chronologie, le parcours englobe deux grands thèmes : la figure (rue des Beaux-Arts), récurrence majeure dans l’œuvre sculpté de l’artiste, et le bestiaire (rue de Seine), thématique que le maître a disséquée dans de multiples matériaux : tôle pliée, bois découpé et peint, bronze. La plupart des œuvres exposées sont très peu connues, voire inédites. C’est le cas de la série de figurines longilignes et graciles des «Femmes de Boisgeloup» (1930), dévoilant son engouement pour les arts africain et étrusque, de ses portraits en bronze comme Tête de femme (Alice Derain) de 1905, Femme se coiffant de 1906 et Tête de femme (Fernande) de 1909, ou encore de ces deux têtes en tôle découpée de 1961, un autoportrait et un portrait de Jacqueline, sa dernière épouse. Dans la catégorie animalière, la galerie propose la charmante découverte de La Guenon et son petit, réalisée en 1951, montrant avec quelle facilité Picasso s’emparait des objets de son environnement (roues, anses de tasse, amortisseur de voiture…). Le bestiaire mythologique trouve également sa place dans ce panorama, notamment dans la figure du Minotaure, quintessence de l’iconographie picassienne. La sélection de tableaux et surtout de dessins permet de mieux comprendre le cheminement et l’aboutissement de cet œuvre en 3D. Marc Lebouc, directeur de la galerie de l’Institut, souligne que «ses œuvres sur papier nous livrent des indices sur le mouvement de sa pensée.» Picasso lui-même le rappelait : «D’abord, je commence avec des feuilles de papier que je plie, replie, recoupe et replie, et une fois faites en papier, je les fais en tôle, un peu plus solide.»

Galerie de l’Institut,
12 rue de Seine/3 rue des Beaux-Arts, Paris 
VIe, tél. : 01 55 42 65 42,
Jusqu’au 17 décembre 2022.
galerie-institut.com
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne