Philippe Bouvard

Le 23 septembre 2016, par La Gazette Drouot

À l’occasion de la dispersion (le 4 octobre prochain) du bureau-bibliothèque du journaliste-écrivain, humoriste et présentateur de télévision et de radio, retour sur un personnage qui n’a pas la «grosse tête»…

 

Êtes-vous peinture, objet, photo… ?
Plutôt peinture et surtout classique. Je préfère de beaucoup un portrait en pied de Le Brun qu’un Picasso.

Votre dernier coup de cœur culturel ?
Il remonte à loin : il s’agit de Madame Bovary de Gustave Flaubert. Depuis… plus rien !

Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
La Vénus de Milo, car je suis sûr qu’au moins elle ne rangerait pas les papiers de mon bureau !
 
L’artiste qui vous touche ?
Ceux que j’appréciais sont désormais disparus… il reste cependant Charles Aznavour.
 
Tendance FIAC ou Biennale des antiquaires ?
Comme je vous l’ai dit, je reste assez classique, voire conservateur dans mes choix. Tirez-en les conclusions qui s’imposent…

Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Oui ! Dans celles de livres, je privilégie la littérature française du XIXe siècle ou les manuscrits d’auteurs qui ont peu écrit.
 
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne