Palais de Tokyo : Ulla von Brandenburg. Le milieu est bleu

Le 03 mars 2020, par Nikita Dmitriev
Ulla von Brandenburg (née en 1974), « Le milieu est bleu », Palais de Tokyo, 2020.
Photo : Aurélien Mole

Depuis l’époque des Lumières, l’intellectuel allemand vivant à Paris déploie généralement tous ses efforts à se débarrasser de sa culture natale, perçue comme trop «lourde» et «militaire», dépourvue de ce que Raymond Aron appelait par dérision «la fameuse légèreté parisienne». Et aujourd’hui encore, après la Seconde Guerre mondiale et surtout la dénazification, il reste difficile de trouver des artistes plus méfiants à traiter les sujets liés à leur pays d’origine que ceux d’outre-Rhin installés en France. En ce sens, l’exposition au Palais de Tokyo d’Ulla von Brandenburg, vivant dans le pays depuis 2005 (voir l'article Ulla von Brandenburg de la Gazette no 26 du 30 juin 2017, page 174), est une preuve éloquente de l’indestructibilité de l’esprit national, de son ancrage si profond dans la conscience qu’aucun effort ne peut l’éliminer. En se baladant dans les espaces investis entre les vieux draps accrochés par l’artiste, on se retrouve dans une véritable cabane du Nain Tracassin des frères Grimm, avec sa poterie paysanne, ses corbeilles géantes, ses boîtes aux sons effrayants et ses poupées en toile grandeur nature, assises autour d’une énorme botte de foin odorante. Un collier de dents, dans une petite salle annexe, semble provenir de l’un des nombreux cabinets de curiosités des cours princières germaniques des XVIIe et XVIIIe siècles. Enfin, l’œuvre centrale du parcours – le film Le milieu est bleu – est une séquence de dialogues obscurs dans l’esprit de Brecht et de Kafka, se déroulant dans un Volkstheater sur un fond de forêt, comme la Forêt-Noire où Heidegger entendait la voix de l’Être. «Le peuple en soi n’existe pas», stipule Ulla von Brandenburg. Concernant celui auquel elle-même appartient, on n’a cependant aucun doute.

Palais de Tokyo, 13, avenue du Président-Wilson, Paris XVIe, tél. : 01 81 97 35 88.
Jusqu’au 17 mai 2020.
www.palaisdetokyo.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne