Gazette Drouot logo print

PAD, le salon en forme de grand-messe du design à Paris

Publié le , par Vanessa Schmitz-Grucker

Cette 26e édition du Pavillon des arts et du design prône l’éclectisme, entre références historiques et design ultracontemporain. Soixante-douze galeries donnent rendez-vous au jardin des Tuileries.

Chez Theoreme Editions, stand 30, la Fibonacci Table par Adrien Messié, la suspension... PAD, le salon en forme de grand-messe du design à Paris
Chez Theoreme Editions, stand 30, la Fibonacci Table par Adrien Messié, la suspension X100 par Cluzel Pluchon, le centre de table par Garnier et Linker, la chaise par Exercice et le vase par Services Généraux.
Photo Mickael Llorca
Du haut de ses vingt-huit ans et ses vingt-six éditions, le PAD, rendez-vous incontournable du design, n’est jamais à court d’idées pour se renouveler. Soucieux de se réinventer chaque année tout en restant bien ancré dans ses bases historiques, le Pavillon des arts et du design invite le meilleur des arts décoratifs et les galeries émergentes à se challenger sans jamais transiger sur la qualité. PAD Paris reste la vitrine de ce qui se fait de mieux en termes de design, dénichant la fine fleur des pièces historiques, débusquant les talents de demain. Ce niveau d’exigence, le PAD le doit à son fondateur, Patrick Perrin, qui s’est vu remettre, en début d’année, les insignes de commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres des mains d’Hervé Lemoine, directeur du Mobilier national et membre du jury du PAD pour la deuxième année consécutive. Les soixante-douze galeries participantes, dont quatorze nouvelles venues, toutes triées sur le volet, présentent le meilleur de la discipline entre création artistique, métier d’art et savoir-faire. «Un laboratoire d’essais» À l’occasion de l’édition londonienne du PAD en octobre dernier, Patrick Perrin présentait le salon comme «un laboratoire d’essais». Traquant l’innovation et les futurs talents, le PAD accueille, parmi les primo-arrivants, la jeune maison d’édition française Theoreme Editions. David Giroire, son cofondateur avec Jérôme Bazzocchi,…
Cet article est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous