Gazette Drouot logo print

Noces de vermeil au Carré Rive Gauche sous le signe de l’objet extraordinaire

Publié le , par Arthur Frydman

Le Carré Rive Gauche souffle sa quarante-cinquième bougie en rassemblant antiquaires et galeries du quartiers de Saint-Germain-des-Prés autour de la thémaique habituelle des 5 Jours de l’Objet Extraordinaire.

Man Ray (1890-1976), Sans titre (cache-sexe), Cadaqués, 1965, peinture sur pierre... Noces de vermeil au Carré Rive Gauche sous le signe de l’objet extraordinaire
Man Ray (1890-1976), Sans titre (cache-sexe), Cadaqués, 1965, peinture sur pierre agglomérée roulée par la mer, signée, datée et située au dos, 8 10 1,5 cm. Galerie des Modernes.
© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2022

Depuis l’an dernier, le Carré Rive Gauche reprend pour son rendez-vous printanier le titre d’origine : «Les 5 jours de l’objet extraordinaire». Son programme est connu : offrir aux amateurs une sélection mettant en valeur les spécificités de chaque marchand à travers sept mille ans d’histoire. Exit les thèmes imposés par le passé aux participants, tels que « Sauvage », « Rouge » ou « Audacieux », chacun présente son objet extraordinaire. De la rue du Bac et de celle de Beaune en passant par celles de Montalembert, des Saints-Pères, de l’Université, de Verneuil ou quai Voltaire, la manifestation se dessine comme une sorte de cabinet géant de curiosités. « Un véritable musée à ciel ouvert d’antiquaires et de galeries installés au cœur de Paris avec un seul mot d’ordre : éclectisme. Nous couvrons, en effet, toutes les périodes et tous les continents. D’une galerie à une autre, voire d’une rue à l’autre, le public voyage parmi les siècles qui ont façonné l’histoire de l’art. En cela, le Carré Rive Gauche est un événement unique au monde, surtout lorsque l’on voit aujourd’hui la disparition progressive des antiquaires dans les plus grandes capitales européennes », résume Marie Biancarelli, présidente du bureau du Carré Rive Gauche depuis deux éditions à la suite de Jean-Louis Herlédan. Son objectif ? Unir les marchands de ce quartier afin de faire rayonner Paris dans les arts. « Cette union fait notre force mais nous savons que chaque année, nous jouons notre survie. En Europe, nous sommes un peu le dernier des Mohicans », poursuit-elle.

Extraordinaire ne veut pas dire cher
Pour les 45 ans des «5 jours de l’objet extraordinaire», soixante-dix-huit galeries – sur les quatre-vingt-dix existantes dans le quartier – participent à l’événement, dont quelques nouvelles arrivées telles que Dutko, qui vient d’installer son nouvel espace quai Voltaire, entre le Louvre et le musée d’Orsay, et qui proposera un solo show de Jean-Pierre Raynaud, artiste emblématique de la scène contemporaine française et un type de mobilier peu représenté jusqu’alors dans cette manifestation. Selon un cahier des charges bien connu du public habitué du Carré, les marchands et galeristes présentent ainsi un artiste, une œuvre d’art ou un objet parmi leurs plus belles découvertes de l’année et sélectionné pour son caractère extraordinaire. « Mais attention, extraordinaire ne veut pas dire cher », prévient encore la présidente du Carré Rive Gauche. « Dès 1977, c’est le réel sens du mot que nous souhaitions mettre en avant, autrement dit le contraire d’ordinaire. Il ne s’agit pas de pièces chères mais d’objets, petits ou grands, présentant une certaine curiosité ou rareté. En tout état de cause, le Carré se veut pour toutes les bourses et pour tous les goûts. » Alexandre Piatti, défenseur de la Haute Époque, expose une fine sculpture en bois représentant une Vierge de Piété, un thème des XVe et XVIe siècles en vogue en Europe du Nord et en Italie, celle-ci datant de la Renaissance espagnole et exécutée par Alonso Berruguete, un élève de Michel-Ange. Bertrand de Lavergne, spécialiste d’objets chinois de la période Qing, propose quant à lui une rare assiette en porcelaine de la Compagnie des Indes « famille rose », d’époque Qianlong, figurant Benjamin Franklin présenté à Marie-Antoinette à la cour de Versailles le 20 mars 1778. Chez Franck Baulme Fine Arts, expert en sculptures des XVIIIe et XIXe siècles et tableaux anciens, on peut admirer un pastel sur vélin de 1766, montrant madame Perronneau endormie, par Jean-Baptiste Perronneau. Citons enfin la galerie Chenel, orfèvre des arts archéologiques et civilisationnels, qui apporte un éclairage sur un fragment de sarcophage en marbre orné d’un homme et de son cheval de la période romaine, vers le IIe siècle, ou encore la galerie Gabrielle Laroche, qui dévoile rue de Beaune une Vierge lorraine en pierre calcaire du XIVe siècle et, au 25 de la rue de Lille, un bas-relief polychrome de la fin du XVIe siècle représentant des scènes de la Nativité.

Des expositions à thème
Certaines galeries, elles, ont plutôt pris le parti de préparer des accrochages dédiés à un thème ou à un artiste. Ainsi de Michèle Hayem, spécialiste de l’art russe non-conformiste, qui consacre une exposition à la sculptrice et céramiste néerlandaise Carolein Smit, tandis que la galerie des Modernes rend hommage au surréalisme avec Man Ray et un objet exceptionnel : le cache-sexe conçu par l’artiste en 1965, particulièrement rare puisqu’à partir des années 1960, Man Ray se consacrait essentiellement aux éditions. De son côté, la galerie Delesalle Antiquités, forte de sa collection unique de lustres de la période 1880-1920, expose des sculptures luminescentes réalisées par le designer Pascal Mestrom. MiniMaster Piece, qui fête aussi cette année son dixième anniversaire, a convié quarante-huit artistes et designers à mettre en avant un bijou emblématique réalisé en collaboration avec la galerie depuis son ouverture en 2012. Enfin, Nicolas Bourriaud, expert en sculptures des XIXe et XXe siècles, offre avec « Animaux de pierre et de terre » (jusqu’au 9 juillet), une rétrospective de terres cuites, marbres, grès, céramiques et bois, où l’on retrouve les noms de Marcel Derny, Christophe Fratin, François Pompon ou Armand Petersen.

à savoir
«Carré Rive Gauche - Les 5 jours de l’objet extraordinaire»
Jusqu’au dimanche 12 juin 2022
www.carrerivegauche.com
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne