Gazette Drouot logo print

Naples célèbre le caravagesque Caracciolo

Publié le , par Olivier Tosseri

Le musée napolitain consacre la première exposition monographique au « patriarche de bronze des caravagesques », comme le désignait l’historien de l’art Roberto Longhi. Un titre attribué à Battistello Caracciolo pour avoir été l’un des premiers élèves de Michelangelo Merisi. C’est en revanche sa palette qui explique l’adjectif...

Battistello Caracciolo (1578-1635), Saint Jean-Baptiste, vers 1622, Fondazione Giuseppe... Naples célèbre le caravagesque Caracciolo
Battistello Caracciolo (1578-1635), Saint Jean-Baptiste, vers 1622, Fondazione Giuseppe Margaret De Vito per la storia dell'arte moderna a Napoli.

Le musée napolitain consacre la première exposition monographique au « patriarche de bronze des caravagesques », comme le désignait l’historien de l’art Roberto Longhi. Un titre attribué à Battistello Caracciolo pour avoir été l’un des premiers élèves de Michelangelo Merisi. C’est en revanche sa palette qui explique l’adjectif qui lui est accolé. Car si le cadrage et la composition de ses œuvres s’inscrivent dans la ligne de son maître, l’emploi de teintes brunes et dorées adoucit son ténébrisme. Plus de 80 œuvres ont été rassemblées pour présenter de manière thématique l’évolution de son style et son influence sur ses contemporains, comme Jusepe de Ribera, Giovanni Lanfranco, Mattia Preti, Cosimo Fanzago, Pietro Bernini ou encore Michelangelo Naccherino. Caracciolo est certes le plus sincère des élèves du Caravage, mais un élève infidèle qui fit évoluer constamment son naturalisme. « Trop caravagesque pour les historiens de l’art du XVIIe siècle, il ne l’était pas assez pour les spécialistes du Caravage, ce qui explique qu’il soit tombé dans l’oubli » estime Stefano Causa, l’un des commissaires, avec Patrizia Piscitello, de l’exposition. Contrairement à Caravage, Caracciolo ne cessa jamais de dessiner, sculpter, graver et peindre à fresque : une sélection de dessins préparatoires provenant du Nationalmuseum de Stockholm, mais aussi des scultptures en bronze, marbre ou bois sont ainsi mises en regard des œuvres. Une originalité pour une exposition consacrée à un peintre caravagesque. Celle-ci s’inscrit d’ailleurs dans le cadre de l’une des missions que s’est fixées Sylvain Bellenger, le directeur du musée (voir Gazette n° 38, 30 octobre 2020) : faire la lumière sur des peintres oubliés ou méconnus, éclipsés par la notoriété du maître du clair-obscur. « Oltre Caravaggio » (« Au-delà du Caravage ») est d’ailleurs le nom donné au récent réaménagement des salles dédiées au baroque napolitain. 

Musée de Capodimonte, 2, via Miano,
Naples, tél. : +39 848 800 288.
Jusqu’au 2 octobre 2022.
capodimonte.cultura.gov.it
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne