Gazette Drouot logo print

Musées et marché : l’épouse de césar prise en faute

Publié le , par Vincent Noce

Le scandale survenu au musée des Beaux-Arts de Gand, qui a dû retirer précipitamment l’intégralité d’une exposition de peintures supposées provenir de l’avant-garde russe, en dit long sur la confusion continuant de régner au sein d’institutions qui devraient se montrer au-dessus de tout soupçon. Fin février, une trentaine...

Musées et marché : l’épouse de césar prise en faute
 
© Musée des Beaux-Arts de Gand

Le scandale survenu au musée des Beaux-Arts de Gand, qui a dû retirer précipitamment l’intégralité d’une exposition de peintures supposées provenir de l’avant-garde russe, en dit long sur la confusion continuant de régner au sein d’institutions qui devraient se montrer au-dessus de tout soupçon. Fin février, une trentaine de critiques d’art russes ont pressé la directrice, Catherine de Zegher, d’expliquer comment un musée d’un tel renom a pu s’engager «délibérément» dans un tel «scandale». Un mois plus tôt, elle avait dû décrocher vingt-quatre tableaux donnés à des artistes aussi importants que Kandinsky, Malevitch, Larionov, Rodchenko, Gontcharova ou Lissitzky. Le même jour, The Art Newspaper publiait une enquête signée Simon Hewitt sur ces œuvres provenant d’un certain Igor Toporovski, qui a fui la Russie pour Bruxelles en 2006. Rapportant qu’il venait d’être auditionné dans le cadre d’une enquête sur un trafic de faux imputé à une galerie moscovite, un ancien enquêteur affirme avoir recueilli plus tard le témoignage d’un peintre assurant avoir vendu à Toporovski ainsi qu’à un marchand établi à Paris et New York une cinquantaine de pastiches des années révolutionnaires, pour 1 500 € pièce, dont certains comporteraient des ressemblances avec des tableaux accrochés à Gand. Plusieurs ont été dénoncés par des spécialistes et ayants droit comme des imitations serviles. D’anciens catalogues auraient été altérés. Il sera difficile d’en avoir le cœur net pour le moment.

Pour ne rien arranger, la directrice du musée de Gand est associée au prêteur à titre de conseiller scientifique.

La ville, la collectivité flamande et le musée ont refusé de porter plainte. Proclamant son innocence, le propriétaire, via sa Fondation Dieleghem, du nom d’un château qu’il a acheté à Jette, a donc tranquillement récupéré les œuvres. Le ministre flamand de la Culture, Sven Gatz, qui a pris sa défense ainsi que celle du musée, a bien désigné une commission d’expertise, mais ses membres ont démissionné en bloc dès la première réunion en estimant que leur travail ne serait pas respecté. Depuis, De Standaard a révélé l’existence d’une clause dans le contrat passé entre le musée et le prêteur, permettant à ce dernier de vendre les peintures à tout moment. Pour ne rien arranger, la directrice du musée lui est associée à titre de conseiller scientifique. Elle avait prévu dans la foulée de montrer d’autres tableaux, en les rapprochant d’emprunts à des musées, affichant l’ambition de «réécrire l’histoire de l’avant-garde russe» (docteur Freud...). Que celle-ci soit encore en fonction reste un mystère. Son ministre a rappelé qu’un scandale similaire était survenu au palais ducal de Gênes, où une exposition a dû fermer en juillet. Dans ce cas cependant, les Modigliani contestés ont été saisis et une enquête pénale ouverte. Le 15 janvier, dix grands experts, marchands et conservateurs, dont Richard Nagy, Jacques de la Béraudière, Natalia Murray, Vivian Barnett, Julian Barran et Alex Lachmann, avaient publié une lettre ouverte dénonçant la présentation de ces pièces «hautement douteuse». Ce qui fait dire à l’un des signataires, James Butterwick, qui avait tenté en vain de prévenir le musée en novembre, que les conservateurs feraient bien parfois d’écouter les marchands. Car, eux, forts de leur expérience et engageant leur propre argent et leur réputation, ne se seraient jamais retrouvés dans cette situation, qui met désormais le musée flamand au ban de la communauté internationale.

Les propos publiés dans cette page n’engagent que leur auteur.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne