Gazette Drouot logo print

Musée d'Orsay : Tissot, sous le vernis des apparences

Publié le , par Valentin Grivet

Séduisants mais lisses, les tableaux de James Tissot seraient-ils plus complexes qu’ils en ont l’air ? C’est ce qu’entend démontrer l’exposition du musée d’Orsay.

James Tissot (1836-1902), London Visitors, 1874, huile sur toile, 160 x 114,3 cm... Musée d'Orsay : Tissot, sous le vernis des apparences
James Tissot (1836-1902), London Visitors, 1874, huile sur toile, 160 114,3 cm (détail), The Toledo Museum of Art.
© Richard Goodbody Inc., New York
Apprécié en son temps pour sa peinture sage et appliquée, James Tissot (1836-1902) a ensuite été victime d’un long désamour, pour les raisons mêmes qui l’ont fait aimer. « Lors de la dernière rétrospective consacrée à l’artiste, organisée au Petit Palais, à Paris, en 1985, les critiques étaient virulentes, rappelle Paul Perrin, conservateur au musée d’Orsay et co-commissaire de l’exposition, aux côtés de Marine Kisiel et Cyrille Sciama. Il faudra attendre le début des années  2010 pour que l’on commence à se réconcilier avec ce type de peinture du XIX e…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous