Mort accidentelle d’Olivier Dassault, capitaine d’industrie et photographe passionné

Le 11 mars 2021, par Agathe Albi-Gervy

L’homme politique de 69 ans, disparu le 7 mars dans un accident d’hélicoptère, était également un compositeur et un photographe reconnu.

Olivier Dassault à Drouot, en 2015.
© david atlan

Fils du milliardaire Serge Dassault, Olivier Dassault partageait sa vie entre son mandat de député, ses fonctions au sein du groupe Dassault Aviation et la passion qu’il nourrissait pour la photo depuis la fin des années 1960. Humaniste et esthète, il a pourtant participé à une dizaine d’ouvrages et bénéficié de plusieurs expositions, l’une d’elles ayant été organisée au 12 Drouot, au mois d’avril 2015. Intitulé « Drouot vu par Olivier Dassault », l’accrochage d’une vingtaine de tirages argentiques sur papier baryté présentait un travail inédit, réalisé avec son éternel appareil Minolta XD7 sur l’architecture de l’Hôtel Drouot. Dans ces images stylisées des façades du bâtiment, rendant hommage à l’institution, se manifestait la volonté sans cesse recherchée par Olivier Dassault de s’émanciper de la réalité, en réinterprétant chaque instant et en accrochant des détails remarqués de lui seul. Comme toujours dans son œuvre, la lumière était le point central de son étude. « Olivier Dassault est un compositeur, c’est-à-dire un bâtisseur d’harmonies visuelles », soulignait à l’époque l’ancien conservateur de la BnF, Jean-Claude Lemagny.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne