Morocco. Harry Gruyaert

Le 16 mars 2021, par Harry Kampianne
Harry Gruyaert, Ouarzazate, 1986, tirage pigmentaire, 24 35,5 cm.
© Harry Gruyaert/Magnum photos

La lumière du Maroc en dix tirages, accompagnés de 250 clichés en diaporama tournant en boucle dans une salle obscure : nous voilà plongés dans la sobriété d’une micro-exposition du photographe belge Harry Gruyaert (né en 1941). Si les gourmands resteront sur leur faim, les gourmets y trouveront leur compte. La qualité est au rendez-vous et prime de loin sur la quantité. C’est ce qu’il ressort de cet accrochage à échelle réduite autour de l’escalier en colimaçon, menant à l’exposition Josef Koudelka. Vite rangé au sein de la photographie humaniste, Harry Gruyaert a une façon de «pictorialiser» le monde qui l’entoure, du nom de ce mouvement esthétique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, aux affinités et filiations avec la peinture. Son engouement pour les lumières de l’Orient, en l’occurrence le Maroc, remonte à 1969. Coup de foudre qui le pousse à publier deux livres, en 1990 et 2013, sur le sujet. «Ce qui m’a d’abord séduit, souligne-t-il, fut l’ordonnance des choses et de la vie dans les campagnes. Il y avait là un accord splendide entre les formes, les couleurs, les gestes quotidiens et la nature». Pour Samantha McCoy, directrice de la galerie et commissaire de l’accrochage, «son approche intuitive lui a permis de capter les sentiments de fierté et de réserve inhérents à la culture marocaine». À partir d’une telle alchimie entre les ocres et les sépias, les ombres et silhouettes architecturées au cordeau, Harry Gruyaert a orchestré une mise en scène à la fois picturale et photographique sur laquelle plane un orientalisme ciselé, ordonné voire édulcoré de toute fantaisie pittoresque, qui aurait dilué la rigueur des contrastes. Quelque part, les fantômes de Delacroix et de Matisse rôdent.

Magnum Gallery,
19, rue Hégésippe-Moreau, Paris 
XVIIIe, tél. : 01 53 42 50 00.
Jusqu’au 2 avril 2021.
www.magnumphotos.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne