Michel Pastoureau

Le 23 janvier 2020, par La Gazette Drouot


Le célèbre historien des couleurs et spécialiste de l’histoire des animaux donnera une conférence sur « La peur du loup », à Épinal, le 30 janvier, à l’occasion de l’exposition «Loup ! Qui es-tu ?» au musée de l’Image.

Michel Pastoureau
© Bénédicte Roscot

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
Peinture. Je viens d’une famille de peintres (mes trois grands-oncles) ; petit garçon, j’ai beaucoup joué dans les ateliers d’artistes des amis de mon père, tous peintres surréalistes (Jean Arp, Yves Tanguy, Marcel Jean, etc.).
Votre dernier coup de cœur culturel ?
Au cinéma, vu en salle, Quand passent les cigognes (palme d’or à Cannes en 1958), un film soviétique en noir et blanc, plastiquement sublime.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
La Ruelle de Vermeer. Enfant et adolescent, je trouvais que c’était le plus beau tableau de toute l’histoire de la peinture. Je n’ai pas changé d’avis depuis et j’ai pu constater qu’il était largement partagé.
L’artiste qui vous touche ?
Paul Klee, surtout dans ses œuvres sur papier les plus modestes.
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Ni l’une ni l’autre. Musées.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Oui : j’essaie de retrouver et d’acquérir quelques tableaux de deux de mes grands-oncles : Henri Caro-Delvaille et Raymond Lévi-Strauss. Ma dernière acquisition : une esquisse de Caro-Delvaille pour son grand tableau Ma femme et ses sœurs, acheté par l’État en 1904.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne