Michael Bloomberg

Le 05 mars 2020, par Agathe Albi-Gervy

Onzième fortune mondiale, il est l’un des plus grands mécènes du monde et un collectionneur discret.

DR

Il est l’un des plus grands mécènes du monde, et aurait pu être le premier président des États-Unis collectionneur d’art. Onzième fortune mondiale, maire de New York de 2002 à 2013, président du board des Serpentine Galleries de Londres, il s'était engagé dans la course aux primaires des Démocrates, avant de jeter l'éponge après avoir dépensé des centaines de millions de dollars dans la bataille... Si ses donations sont bien connues, de même que son soutien, en tant que maire, à des commandes publiques (Christo en 2005, Ugo Rondinone en 2012), Michael Bloomberg est beaucoup plus discret sur le contenu de sa collection. Artnet a donc mené l’enquête. Il semble véritablement s’engager dans l’art à partir de 1997 : cette année-là, il rejoint le board du Met et entre en contact avec les Serpentine Galleries. Intéressé par l’école de l’Hudson River, les vases de porcelaine et les tableaux anciens, il s’ouvre progressivement à l’art contemporain, conseillé par Nancy Rosen. Il possède un portrait de Marylin Monroe par Andy Warhol, plusieurs Jasper Johns, des sculptures de Roy Lichtenstein et d’Henry Moore, aurait un portrait de Benjamin Franklin par Greuze et un autre de George Washington, peint en 1795 par Gilbert Stuart et acquis lors de la dispersion de la collection Rockefeller en 2018. Les nouveaux locaux londoniens de sa société sont décorés de commandes passées à Cristina Iglesias, Olafur Eliasson et Pae White.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne