Maye, vers un monde meilleur...

Le 29 octobre 2020, par Anne Doridou-Heim

Avec Maye, le street art s’engage et proclame sa foi malgré les contraintes et incertitudes liées au Covid.

Maye (né en 1990), Vers un monde meilleur, 2020, acrylique sur toile, 146 97 cm.
Adjugé : 42 250 

Annulée à la tour Eiffel en raison des nouvelles mesures sanitaires, la vente qui aurait dû clôturer l’édition annuelle de District 13 Art Fair si elle avait eu lieu, se tenait finalement à Drouot (voir l'article District 13 : le street art aux enchères de la Gazette n° 36, page 57). Petit Poucet de la sélection, le jeune street artiste français Maye (né en 1990) emportait l’enchère la plus élevée à 42 250 €. Le titre de l’œuvre, Vers un monde meilleur, était clairement de circonstance et apportait un peu d’optimisme, ce qui a peut-être joué. Natif de Sète, autodidacte, venu au graphisme par le biais de la culture hip-hop, Victorien Liria de son vrai nom déploie sur les murs comme sur les toiles son univers, et c’est par le biais allégorique qu’il parvient à faire passer ses messages. On parle parfois de surréalisme pour évoquer les personnages longilignes et souples qui peuplent ses œuvres, les traversent comme suspendus dans les airs. À l’instar de beaucoup, il est passé du mur à la toile en 2013 pour pérenniser son travail. Bien différente est la manière de Shepard Fairey, né à Charleston en 1970. Lui fait déjà figure de «classique» ou s’inscrit du moins parmi les premiers et les grands. Un pochoir de peinture aérosol et collage de 2019, une œuvre unique donc, portant son slogan Make Art, not War (55 40 cm) – là encore un vaste programme –, retenait 28 600 €. Quant à Rod-1 (138 50 130 cm), l’étrange corps en décomposition de Brusk (né en 1976), pièce unique structurée en résine et en parpaings en 2015 en clin d’œil ironique à Rodin, c’est à 26 000 € qu’il dégoulinait sur son socle. Évidemment, celui-ci laissait moins d’espoir quant à la chute finale. Brusk, issu de la scène lyonnaise, est lui aussi passé par le graphisme et le hip-hop avant de se lancer et d’être rapidement remarqué pour sa maîtrise de techniques différentes. S’il ne revendique aucun message dans son art, il reconnaît cependant que «prendre la rue pour une galerie à ciel ouvert est déjà une revendication en soi».

samedi 24 octobre 2020 - 04:00 - Live
Salle 11 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Drouot Estimations
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne