Gazette Drouot logo print

Martin Guillaume Biennais pour le Roi de Naples

Publié le , par Sophie Reyssat

L’orfèvre de Napoléon Ier, Martin Guillaume Biennais est l’auteur de cette aiguière et de son bassin de vermeil, exécutés pour Joachim Murat, Roi de Naples, d’après un dessin de Charles Percier.

Martin Guillaume Biennais pour le Roi de Naples
Martin Guillaume Biennais, premier Empire, vers 1809, aiguière et son bassin en vermeil aux grandes armes de Joachim Murat, Roi de Naples, poinçon de titre 950 Coq 1, de moyenne garantie, et d’orfèvre Biennais, au singe, signature «Biennais Orfèvre de LL MM Impériales et Royales et de Sa Majesté le Roi de Hollande à Paris», aiguière : 41 20 cm, poids net 842 g, bassin : 22 51 cm, poids net 4 486 g.
Estimation : 120 000/150 000 

Le nom de Martin Guillaume Biennais (1764-1843) est indissociable des ors du premier Empire. Le chemin de l’orfèvre a croisé celui de Napoléon alors qu’il n’était encore que Bonaparte. Installé à Paris en tant que tabletier, après avoir été reçu maître en 1788, il croit en la bonne étoile du jeune général, auquel il n’hésite pas à faire crédit. Devenu empereur, celui-ci se souviendra de cette marque de confiance en faisant de Biennais l’artisan des grands moments de son règne : les insignes impériaux du sacre, les nécessaires améliorant le quotidien des campagnes militaires, les armes d’apparat et les décorations associées au prestige du régime sont dus à son talent. Le faste s’étend au mobilier, pour lequel Biennais excelle également, grâce à la suppression des corporations en 1791. Comme l’Empereur, ses proches n’hésitent pas à dépenser pour leur propre étiquette, et font eux aussi appel à l’orfèvre. Ancien officier de Bonaparte ayant conquis les honneurs à la force de son épée, Joachim Murat est de ceux-là. Cette aiguière et son bassin ont été réalisés à son intention, peu après son accession au trône de Naples en 1808 – en témoignent ses armes, portant encore le collier de la Légion d’honneur plutôt que celui de l’ordre des Deux-Siciles. Loin du champ de bataille, le valeureux militaire peut ainsi goûter au luxe d’une toilette digne d’un souverain. Ces pièces, les seules connues en vermeil – les autres étant en argent –, étaient présentées sur un meuble qualifié de «lavabo en athénienne», empruntant sa forme aux cassolettes de l’Antiquité. Son bassin était soutenu par trois montants réunis par une tablette d’entretoise, sur laquelle était posée l'aiguière. Charles Percier est l’auteur des dessins ayant servi de modèles à Biennais pour créer ces œuvres raffinées. Trois athéniennes sont aujourd’hui référencées : celle de Napoléon, appartenant aux collections du Louvre, une autre à Fontainebleau et une dernière ayant perdu ses accessoires, figurant au Metropolitan Museum de New York. Leurs décors sont très similaires. Le cygne ornant ici l'anse se retrouve déployant ses ailes au sommet du meuble pour accueillir le bassin. Naturellement associé à l’élément liquide, il est aussi l’oiseau symbolisant Apollon, dont il a pour mission de tirer le char. Ornement de choix depuis le Consulat, le volatile survole tout l’Empire, avant de disparaître à la Restauration. La fin du régime impérial sera également le chant du cygne de Biennais, qui vendra son fonds en 1821.

samedi 12 mars 2022 - 10:00 (CET) - Live
9-11, rue Royale - 77300 Fontainebleau
Osenat
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne