Marchands et galeries vous donnent « Rendez-vous » rive gauche à Paris le 29 mai

Le 18 mai 2021, par Alexandre Crochet

De la Renaissance à nos jours, de la statuaire au design, l’événement réunit pas moins de 85 galeries de la rive gauche à Paris qui ont sorti leurs plus belles découvertes.

Chariot attelé et son palefrenier, bronze, dynastie des Han orientaux, 25-220 apr. J.-C., long. totale 170 cm. Galerie Christian Deydier.
Courtesy Galerie Christian Deydier

Alors que les portes des lieux culturels rouvrent enfin partout en France, et que les salons d’art et d’antiquités sont encore loin à l’horizon, quatre-vingt-cinq galeries parisiennes de la Rive gauche, du quai Malaquais à la rue Visconti, ont décidé de se mobiliser autour du « Rendez-vous ». De concert, samedi 29 mai de 11 h à 18 h, elles présenteront leurs dernières trouvailles, sachant que certaines expositions dureront ensuite plusieurs semaines. « Nous étions une soixantaine lors de l’édition d’octobre 2020, le nombre de participants s’est étoffé », se réjouit l’antiquaire Christian Deydier, l’une des quatre pointures organisant l’événement, aux côtés de Benoît Sapiro (galerie Le Minotaure), Bernard Dulon et Xavier Eeckhout. « Chacun est libre de présenter soit un bel objet, soit une exposition, poursuit-il. Les participants envoient le même carton d’invitation, par mail, avec un plan des rues. Nous avons aussi reçu le parrainage du ministère de la Culture et le soutien du Comité professionnel des galeries d’art. » Si ce dernier a programmé en juin le Paris Gallery Weekend, celui-ci ne comprend que des enseignes d’art moderne et contemporain, tandis que le Rendez-vous fédère au premier chef antiquaires et marchands, mais aussi des enseignes axées sur la seconde moitié du XXe siècle ou la période plus contemporaine, tels Patrice Trigano, La Forest Divonne, Alain Le Gaillard, Lélia Mordoch, Lara Vincy et même Georges-Philippe & Nathalie Vallois ou Kamel Mennour !
Les galeries reprennent vie
Objectif de l’opération ? Battre le rappel des collectionneurs, mais aussi, comme le souligne Christian Deydier, rappeler « le rôle des marchands et antiquaires pour initier et former les clients potentiels, ce qui implique des échanges plus riches et fructueux en galerie que sur les salons ». Christian Deydier n’a pas hésité à sortir un exceptionnel chariot chinois en bronze tiré par un cheval, de grande taille, de la dynastie des Han, originaire du Sichuan (reproduit page de gauche). Selon le marchand, il n’existe qu’un seul autre exemplaire connu de cette pièce au prix à six zéros, se trouvant en Chine. Pour le marchand spécialiste de la sculpture animalière moderne Xavier Eeckhout, il s’agit avec le Rendez-vous de « redonner vie aux galeries et refaire venir les collectionneurs, surtout européens, après le confinement », lors d’un événement éphémère qui ne coûte rien aux participants. À noter : quelques galeries accueilleront en plus des confrères étrangers, entre autres belges (Berko chez Christian Deydier) ou londoniens (Themes & Variations chez Anne-Sophie Duval)… Parmi les nombreuses pièces phares figurent deux chiens couchés en marbre, fragment du gisant de Blanche de France, chez Brimo de Laroussilhe, une Vierge à l’Enfant, relief en ivoire chez Alexandre Piatti, une paire de lions sculptés en marbre jaune de Sienne, copie du XIXe siècle d’après ceux du Vatican par Canova, chez Bazin. Mais aussi Sam Szafran à la galerie Claude Bernard, une râpe à noix de coco de Micronésie à la galerie Meyer, un masque de sarcophage égyptien à la galerie Ghezelbash… Antoine Laurentin présente une exposition sur Manessier, la galerie Dina Vierny en consacre une à l’artiste Séraphine de Senlis, Alain Le Gailllard et Le Minotaure mettent Kupka à l’honneur. Enfin, Xavier Eeckhout propose avec d’autres confrères, dont Chenel, l’exposition « Animal, itinéraire Saint-Germain ». Au final, un tour du monde des civilisations et des cultures, sans quitter Paris !

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne