Gazette Drouot logo print

Maîtres modernes et sculpteur antique au firmament

Publié le , par Philippe Dufour

Dame de la Renaissance revue et corrigée par Buffet ou satyre de marbre à la romaine animaient une session toulousaine, couronnée de succès.

Bernard Buffet (1928-1999), Dame à la fraise, 1959, huile sur papier marouflé sur... Maîtres modernes et sculpteur antique au firmament
Bernard Buffet (1928-1999), Dame à la fraise, 1959, huile sur papier marouflé sur toile signée et datée, 77 105 cm.
Adjugé : 88 000 


Admirée dans la Gazette n° 43 (voir l'article Buffet : accessoire et portrait psychologique page 195), une duègne digne de l’âge d’or espagnol dominait les cimaises, attirant 88 000 € ; il est vrai que l’auteur de la Dame à la fraise n’est autre que Bernard Buffet, qui l’a imaginée en 1959. L’huile sur papier marouflé sur toile, signée et datée (77 105 cm), appartient encore à sa première manière, qui privilégie un trait acéré noir, tracé sur un fond pâle. Précisons qu’un certificat de la galerie Maurice Garnier avait été fait dans les années 1990 pour cette œuvre arborant un tampon de la galerie au dos. Pour l’abstraction, Olivier Debré persistait dans l’exploration de son univers poétique et saisonnier, avec cette fois Automne noir, une toile signée, titrée au dos (100 100 cm) et passée par la galerie Beaubourg en 1975, comme l’indiquait un certificat joint (29 000 €). Pour un paysage plus figuratif, il fallait remonter un peu le temps, avec Armand Guillaumin, auteur de L’Escalier vers la rivière, tableau (65 53,5 cm) accessible à 43 800 €. La statuaire était également bien représentée, et ce, à deux reprises. Tout d’abord grâce à un torse de satyre en marbre, de l’époque romaine, et plus précisément du IIe siècle apr. J.-C. ; haut de 84 cm, il présente une partie du corps musculeux de cet être mi-homme mi-animal, faisant partie du cortège de Dionysos. Notre modèle, jeune et aux jambes humaines, semble plutôt dériver du type grec du «Satyre au repos» attribué à Praxitèle, appelé aussi «Faune». Provenant de la collection Betham, à Londres, puis passé à son dernier propriétaire français en 1976, il trouvait ici un nouvel écrin pour 86 400 €. Fermaient ce défilé Les Pingouins imaginés en 1926 par Charles Catteau pour la manufacture Kéramis : ils ornaient la frise d’un vase ovoïde en grès et, portant cachets et signatures (h. 50 cm), raflaient 67 300 €.
 

jeudi 09 décembre 2021 - 14:00 (CET) - Live
7, rue d'Astorg - 31000 Toulouse
Marambat - de Malafosse
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne