Mai-Thu, écho d’un Vietnam rêvé

Le 20 juillet 2021, par Anne Doridou-Heim
Mai Trung Thu, dit Mai-Thu, Jeune fille au chapeau conique et à la tunique verte, 1937, pastel, sanguine et rehauts de craie blanche sur papier, 58 48 cm, collection particulière. 
© Musée des Ursulines de Mâcon

Depuis quelques années déjà, les peintres vietnamiens s’affichent régulièrement dans nos pages. Cette semaine, c’est Mai-Thu (1906-1980) qui en a les honneurs, mais pas pour un nouveau résultat de vente : pour une exposition organisée à Mâcon – où il a séjourné –, grâce au coup de cœur de Michèle Moyne-Charlet, la directrice du musée, à sa ténacité et l’aide de la fille de l’artiste comme du musée Cernuschi. C’est la première fois qu’une rétrospective est consacrée au peintre. Tout son parcours y est relaté : de sa formation à l’École des beaux-arts de l’Indochine et la magnifique période de Hué, au cours de laquelle il livre quelques-uns de ses chefs-d’œuvre, jusqu’à son arrivée en France à l’occasion de l’Exposition internationale de 1937 et la parenthèse mâconnaise, autour de 1940-1941. Près de 140 œuvres révèlent une personnalité multiple puisque également musicien et photographe, aussi à l’aise avec le travail de la soie que celui du papier ou de l’huile, ayant parfaitement assimilé les leçons de ses professeurs occidentaux sans jamais renier ses origines, qu’il a transportées telle une valise emplie de doux souvenirs. Mai-Thu n’en a rien oublié : il a su s’adapter, avec un talent fou et le sourire qui plaît tant à la clientèle française, férue de ces tableaux qu’il encadrait lui-même et mettent en scène les instantanés d’un Vietnam rêvé. Fort de cet héritage, il a mis en images la réminiscence de sages enfants vêtus de costumes de fête, de tableaux de famille aux accents confucéens, de tendresse maternelle, de quelques fleurs savamment agencées, de jeunes filles évanescentes aux longues tuniques flottantes. Cette perception de la femme vietnamienne, qui n’était pas évoquée avant les artistes de sa génération, signe leur modernité. Un tout unique qui continue à diffuser son parfum d’ailleurs et à séduire ici et là-bas.

Musée des Ursulines,
5, rue de la Préfecture, Mâcon 
(71), tél. : 03 85 39 90 38.
Jusqu’au 24 octobre 2021.
www.macon.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne