Lutte anti-blanchiment : les marchands britanniques pris de court

Le 16 janvier 2020, par Agathe Albi-Gervy

Depuis le 10 janvier, ils sont sommés de contrôler l’identité de leurs clients pour toute transaction dépassant 10 000 €.

La Chambre des communes au Parlement du Royaume-Uni
© Crown copyright

De nouvelles mesures, discrètement adoptées par le Parlement britannique au cours des fêtes de fin d’année et en vigueur depuis le 10 janvier, ont fait paniquer plus d’un marchand local. En exigeant de la part de tout intermédiaire professionnel des contrôles renforcés de l’identité de ses clients pour toute transaction dépassant 10 000 €, elles le contraignent à dénoncer toute opération suspecte au gouvernement et à mener les mêmes vérifications que tout avocat, banquier ou comptable face à un nouveau client. La crainte des marchands est de voir ces mesures dissuader certains acheteurs, soucieux de préserver leur vie privée pour des causes aussi diverses que des problèmes de dette ou de divorce. Inscrites dans un combat mené à l’échelle mondiale, ces régulations ne font que mettre en œuvre la cinquième directive de l’Union européenne sur le sujet, adoptée en juin 2018.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne