facebook
Gazette Drouot logo print

L’heure dorée de Charles Oudin

Le 15 novembre 2018, par Anne Doridou-Heim

225 290 € pour une collection constituée de vingt-trois montres de gousset en or et la palme, à 47 880 €, allant à un modèle de la maison Charles Oudin (reproduit ci-contre). L’histoire et le parcours de cet homme, né en 1747 dans une famille d’horlogers originaire de la Meuse, sont bien connus (voir Gazette no 38 page 67).…

L’heure dorée de Charles Oudin
Charles Oudin, montre de gousset en or jaune double face world time, cadran blanc, chiffres romains, aiguilles poire, trotteuse des secondes à 6 heures, mouvement mécanique à remontage manuel, cadran signé «Charles Oudin, horloger de la Marine, médailles et brevets, Palais-Royal 52», diam. 5 cm, poids brut 114,3 g.
Adjugé : 47 880 €

225 290 € pour une collection constituée de vingt-trois montres de gousset en or et la palme, à 47 880 €, allant à un modèle de la maison Charles Oudin (reproduit ci-contre). L’histoire et le parcours de cet homme, né en 1747 dans une famille d’horlogers originaire de la Meuse, sont bien connus (voir Gazette no 38 page 67). Lors de son installation en 1801 dans les galeries du Palais-Royal à Paris, il signait de son nom et mentionnait «élève de Breguet», une permission rarement accordée par le maître Abraham-Louis Breguet (1747-1823), sans doute en reconnaissance d’un jeune talent c’est lui qui a développé l’astucieux dispositif d’équation du temps. Sa maison lui survivra. Son fils, Charles Raymond, en poursuit l’activité à partir de 1836, toujours au Palais-Royal, avant de la céder à Amédée Charpentier, qui déménage en 1899 pour le 17, avenue de l’Opéra. Une montre de gousset toujours en or jaune, au cadran blanc décentré présentant des aiguilles poire et une trotteuse de secondes à 6 heures, et mentionnant cette nouvelle adresse, retenait 27 700 €. Lors de cette vacation, la créativité du XIXe siècle portait ses fruits, puisqu’elle se concluait sur un produit total de 504 000 €. Outre les montres, un collier en or jaune et argent composé de motifs de branchages fleuris et feuillagés sertis de diamants de taille ancienne, attribué à Lucien Falize (1839-1897), se détachait à 22 930 €, et un porte-cigarette en ors de plusieurs couleurs et en argent, aux armes du duc de Morny et au chiffre de son épouse Sophie, née princesse Troubetzkoï, signé dans un cartouche de la maison Wiese à Paris, s’ouvrait à 25 800 €.

bijoux, montres
vendredi 09 novembre 2018 - 14:00 (CET) - Live
Salle 3 - Hôtel Drouot - 75009
Magnin Wedry
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne