Lettre d'amour à Joséphine

Le 26 novembre 2020, par Anne Doridou-Heim

Lettre d’amour et documents historiques enflammaient les enchères. Plusieurs préemptions les saluaient, comme un devoir de mémoire.

Napoléon Bonaparte (1769-1821), lettre autographe signée «BP» adressée à Joséphine (fin février ou début mars 1796).
Adjugé : 136 500 

«Je te donne trois baisé un sur ton cœur, un sur ta bouche un sur tes yeux». Ce vibrant témoignage d’amour du jeune général Bonaparte envoyé à Joséphine quelques jours avant leur mariage – célébré à la mairie du 2e arrondissement le 9 mars 1796 – ne pouvait laisser indifférents les passionnés. Il s’est envolé pour finalement se poser à 136 500 €. L’histoire n’a jamais remis en question les sentiments que Napoléon éprouvait pour sa première épouse, et cette missive en apporte un éclairage particulièrement émouvant. On retrouvait ensuite sa plume impériale plus conforme à son image de stratège alors qu’il est exilé à Sainte-Hélène. Au général Bertrand, fidèle parmi les fidèles, il dicte un important ensemble de notes de travail destinées à l’élaboration d’un ouvrage sur l’art militaire, Essai sur la fortification de campagne, illustrées de quarante-deux dessins et qu’accompagne un récit sur la campagne de Russie (61 100 €). Pour cet éloignement forcé et définitif, l’Empereur avait emporté des livres, notamment un exemplaire des Considérations sur l’art de la guerre du baron Joseph Rogniat, acquis à 58 133 €. Son ancien officier l’y critiquant violemment, blessé à vif, il y porta de sa main 188 annotations  ! Les institutions entraient dans la bataille. Commençons en douceur avec la préemption à 2 600 €, par le ministère des Armées, de 41 lettres d’un soldat de la Grande Armée envoyées à sa famille entre 1803 et 1806, depuis Austerlitz ou la Pologne. L’histoire y est vécue du côté des troupes, offrant un regard différent qui la rend vivante. Parmi les autres acquisitions remarquables figurent celle réalisée par la Métropole de Montpellier, à 46 800 €, de l’ensemble des manuscrits des Mémoires de Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, enrichis de nombreux commentaires, puis celle effectuée par les Archives nationales françaises des manuscrits de six chapitres des Mémoires de Napoléon dictés à son valet Louis-Étienne Saint-Denis – dit le «Mameluk Aly» – à Sainte-Hélène, pour 26 000 €. Là encore, l’Empereur déchu y a porté de nombreuses corrections. Loin de l’Empire, mais pour son éclairage historique, les Archives préemptaient enfin à 3 510 € un ensemble de quarante-sept lettres autographes du dominicain Henri-Dominique Lacordaire (1802-1861) adressées entre 1833 et 1849 à Mme Swetchine (1782-1857), sa correspondante privilégiée.

jeudi 19 novembre 2020 - 14:00 - Live
12, rue Drouot - 12, rue Drouot - 75009
Drouot Estimations , Les Collections Aristophil
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne