Gazette Drouot logo print

Les visages de l’Empire

Publié le , par Sophie Reyssat
Vente le 31 mai 2020 - 14:00 (CEST) - 9-11, rue Royale - 77300 Fontainebleau

Miniaturistes des plus grands personnages, Augustin et Isabey raniment leur souvenir.

Jean Baptiste Jacques Augustin (1752-1839), carnet de dessins et de croquis, relié... Les visages de l’Empire
Jean Baptiste Jacques Augustin (1752-1839), carnet de dessins et de croquis, relié de toile verte, étiquette d’ «Alphonse Giroux, rue du Faubourg-Saint-Honoré n° 7 à Paris». On y joint un Catalogue du cabinet de M. Augustin, peintre de miniatures, par Ch. Paillet du Musée Royal Paris, Imp. Delauchy, 1839, une liste de dessins concernant le carnet, trois pages dactylographiées et huit manuscrites.
Estimation : 15 000/20 000 

Il n’est rien de tel qu’une galerie de personnages pour faire revivre l’histoire. Ce sera le cas grâce à Jean Baptiste Jacques Augustin, l’un des plus célèbres miniaturistes de son temps, qui débuta au Salon en 1791 et sut traverser sans encombre les changements de régimes. Aristocrates et révolutionnaires, partisans de Napoléon et bourgeois de la Restauration, tous ont fait sa renommée et sa fortune. Chacun a apprécié la subtilité de sa technique du pointillé, consistant à croiser une multitude de touches légères et de petits traits de gouache, tout en jouant avec la dilution des tons. Si les dessins préparatoires de ses œuvres passent régulièrement en ventes publiques, un carnet entier est ici proposé, ayant anciennement appartenu au collectionneur américain John Pierpont Morgan.
Il ne contient pas moins de cinquante-trois dessins et esquisses au crayon noir, pour certains rehaussés d’aquarelle, signés ou monogrammés. Outre leur nombre, leur intérêt réside dans leurs annotations quasi systématiques, permettant d’identifier certaines célébrités comme la princesse Galitzine et sa fille. Plusieurs miniatures dues à différents artistes lui donneront la réplique, en particulier celles du couple impérial immortalisé par Jean-Baptiste Isabey. La future impératrice Joséphine est représentée en buste de trois-quarts face dans un portrait octogonal, portant un camée en guise de diadème – 
à rapprocher de celui représenté sur le portrait du baron Gérard, daté de 1801 et conservé au Musée de l’Ermitage – et une simple robe de mousseline blanche réchauffée par un châle écarlate (7 3,1 cm, 15 000/20 000 €). Dans sa miniature ovale, Napoléon porte quant à lui l’habit du sacre, imaginé par Isabey lui-même (6,1 3,7 cm, 10 000/15 000 €). Les officiers de l’Empereur ont eux aussi eu à cœur de se faire représenter dans leurs plus beaux atours, comme le comte Claude Étienne Guyot, immortalisé en uniforme de colonel des chasseurs à cheval de la Garde impériale par un peintre de l’entourage du baron Gros (20 000/25 000 €).

dimanche 31 mai 2020 - 14:00 (CEST) - Live
9-11, rue Royale - 77300 Fontainebleau
Osenat
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne