Gazette Drouot logo print

Les trois saisons d’un peintre flamand

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 03 octobre 2018 - 14:00 (CEST) - Salle 10 - Hôtel Drouot - 75009

Si l’été joue les prolongations en France, son allégorie était absente de cette suite de trois huiles sur toile aux titres annonçant clairement leur thématique : Allégorie du printemps ou le Blanchiment du linge devant le château de Nassau (reproduite ci-contre), Allégorie de l’automne ou le Départ pour la chasse et Allégorie...

Pieter Snayers (1592-1663/66), Allégorie du printemps ou le Blanchiment du linge... Les trois saisons d’un peintre flamand
Pieter Snayers (1592-1663/66), Allégorie du printemps ou le Blanchiment du linge devant le château de Nassau (reproduite), Allégorie de l’automne ou le Départ pour la chasse, Allégorie de l’hiver ou le Patinage sur le lac, trois huiles sur toile, 77 x 110 cm chaque.
Adjugé : 50 000 €

Si l’été joue les prolongations en France, son allégorie était absente de cette suite de trois huiles sur toile aux titres annonçant clairement leur thématique : Allégorie du printemps ou le Blanchiment du linge devant le château de Nassau (reproduite ci-contre), Allégorie de l’automne ou le Départ pour la chasse et Allégorie de l’hiver ou le Patinage sur le lac. Ce qui ne les a pas empêchées de retenir 50 000 €. Pieter Snayers (1592-1663/66), leur auteur, est un peintre flamand formé chez Sébastien Vrancx. Son originalité tient dans la distribution de ses compositions. Là où tant d’autres autour de lui insistent sur la scène du premier plan, elle est chez lui anecdotique, l’artiste attirant l’œil du spectateur sur l’arrière-plan paysagé en élevant l’horizon. Il appliquera ce principe avec succès dans ses scènes de bataille, qui feront sa célébrité, comme dans son activité de paysagiste, prédominante dans le dernier tiers de sa carrière. Cette série était le lot phare du mobilier d’un château de l’Ouest. À ses côtés et présentant différentes provenances, une console rectangulaire en bois sculpté et doré à décor d’une coquille et de rinceaux feuillagés, de l’époque Régence, se distinguait avec panache à 13 750 €, sur un air de musique baroque joué par une viole de gambe anglaise, fabriquée vers 1800, pour laquelle il fallait déposer 5 500 €.

mercredi 03 octobre 2018 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 10 - Hôtel Drouot - 75009
Beaussant Lefèvre & Associés
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne