Gazette Drouot logo print

Les signes de Degottex chez Alexis Lartigue

Publié le , par Harry Kampianne

Jean Degottex (1918-1988) est loin d’être un inconnu dans le monde de l’abstraction lyrique, mouvement au plus fort de sa renommée artistique dans les années 1950-1960. Les quatorze œuvres réunies au sein de la galerie Alexis Lartigue appartiennent aux séries des Vagues, des Écritures, des Suites ou encore des Horsphères,...

Jean Degottex, Sans titre, huile sur toile, 1959, 60 x 92 cm. © Galerie Alexis L... Les signes de Degottex chez Alexis Lartigue
Jean Degottex, Sans titre, huile sur toile, 1959, 60 92 cm.
© Galerie Alexis Lartigue

Jean Degottex (1918-1988) est loin d’être un inconnu dans le monde de l’abstraction lyrique, mouvement au plus fort de sa renommée artistique dans les années 1950-1960. Les quatorze œuvres réunies au sein de la galerie Alexis Lartigue appartiennent aux séries des Vagues, des Écritures, des Suites ou encore des Horsphères, néologisme de l’artiste pour désigner une dimension parallèle, souvent retranscrite à travers une forme sphérique et brumeuse se détachant d’un obscur brouillard, à la fois méditatif et mystique. Ce qui a fait de lui un artiste singulier, hors temps, voire hors mode. Nourri de la calligraphie et des philosophies extrême-orientales, Jean Degottex « n’a cessé, selon Alexis Lartigue, de se réinventer, que ce soit dans l’écriture, la ligne ou le signe. Fortes d’une production de douze mille œuvres, les années 1950-1960 sont sans doute les plus fécondes et créatives de sa carrière ». En exposer quatorze suffit largement à apprécier la quintessence de sa gestuelle basée sur une impulsivité mesurée et méditative. D’où l’importance du vide dans chacun de ses travaux laissant une impression de spontanéité et de sérénité. Les mouvements rapides du pinceau deviennent de purs moments de poésie, les fonds rouges et bleus matérialisant la dualité entre la pulsion et la plénitude. Les voyages « scripturaux » de Jean Degottex sont imaginaires, rejoignant pour le coup cette amusante citation d’Henri Michaux : « Je ne voyage plus […] Moi, je mets la Chine dans ma cour. Je suis plus à l’aise pour l’observer. » 

Galerie Alexis Lartigue,
32, avenue Matignon, Paris 
VIIIe, tél. : 06 17 90 16 88.
Jusqu’au 19 novembre 2022.
www.alexislartigue.com
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne