Gazette Drouot logo print

Les lumières de l’orfèvrerie ancienne

Résultat 134 400 EUR
Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 04 février 2022 - 14:00 (CET) - Salle 9 - Hôtel Drouot - 75009

Surprises et préemption étaient de nouveau les atouts gagnants de cette dispersion d’une partie de la collection de Marcel Sztejnberg. 

Pierre Coudougnan (reçu maître en 1664), paire de flambeaux dits «à la financière»... Les lumières de l’orfèvrerie ancienne
Pierre Coudougnan (reçu maître en 1664), paire de flambeaux dits «à la financière» en argent, fût carré à décor de canaux, collerette ornée de godrons, Montpellier, 1675, poids 704 g, h. 16,5 cm.
Adjugé : 134 400 

 Le 3e opus de la vente de la collection Marcel Sztejnberg se concluait à 766 400 €, emmené comme lors des deux précédents (les 4 février et 29 septembre 2021) par de belles surprises et une préemption. Dans chacun de nos articles consacrés à cet ensemble d’une belle homogénéité, la rareté des pièces du XVIIe siècle et la diversité des juridictions ont été mises en avant – au nombre de quarante-six tout de même. Cela se vérifiait une nouvelle fois avec cette paire de flambeaux dits «à la financière», dus aux ciseaux experts du Montpelliérain Pierre Coudougnan, reçu maître en 1664. Reposant sur une base carrée faisant écho à leur fût orné de canaux, gravés d’armoiries sommées d’un heaume de chevalier sur la base et au revers à l’anglaise des lettres «Hte B», ils éclairaient de leur flamme à 134 400 €. Leur modèle est identique à celui de l’orfèvre clermontois Antoine I Neyrat (cité en 1683), porté à 243 200 € un an jour pour jour auparavant. Une nouvelle fois aussi, la province supplantait Paris ! L’aiguière en argent du Parisien Sébastien Igonet (voir l'article Collection Marcel Sztejnberg III : la parole est d’argent page 41 de la Gazette n° 4), joliment pensée et ravissante de naturalisme avec ses appliques de roseaux sous l’effet du vent, se penchait à pas moins de 60 160 €, mais ne s’installait que sur la deuxième marche… Quant à François- Thomas Germain (1726-1791), maître s’il en est, il recevait 53 760 € avec une écuelle aux oreilles ajourées d’un décor symétrique d’enroulements feuillagés, encadrant une rocaille et une coquille (diam. 18 cm, 579 g). Côté préemption, le musée de la Cour d’or à Metz choisissait à 3 584 € une cuillère à olives, attribuée à Barthélemy Audot ou Odot et poinçonnée dans la cité lorraine entre 1714 et 1717. Et puisque l’on aborde le chapitre des douceurs, venons au sucré, avec une saupoudreuse cylindrique (h. 17,6 cm) montée à baïonnette et au couvercle repercé de fleurs de lys. Le Breton Jean Buchet, reçu en 1679 à Vannes et installé à Rennes, a conçu cette pièce de table dans les tout derniers feux d’un siècle rayonnant, entre 1698 et 1700. Elle diffusait 25 600 €. Une nouvelle fois, la créativité des ateliers régionaux était reconnue à sa juste valeur.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne