facebook
Gazette Drouot logo print

Les lavandières de William Llewellyn

Le 05 juillet 2018, par Philippe Dufour

Né dans le Gloucestershire, à l’ouest de Londres, William Samuel Henry Llewellyn est surtout connu comme le portraitiste de la haute société britannique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Il entre à l’École de formation d’art national sous la direction d’Edward John Poynter, et passe par l’école de South Kengsington.…

Les lavandières de William Llewellyn
William Samuel Henry Llewellyn (1858-1941), Le Retour des lavandières, huile sur toile, 130 x 89 cm.
Adjugé : 24 800 €

Né dans le Gloucestershire, à l’ouest de Londres, William Samuel Henry Llewellyn est surtout connu comme le portraitiste de la haute société britannique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Il entre à l’École de formation d’art national sous la direction d’Edward John Poynter, et passe par l’école de South Kengsington. Puis il s’installe à Paris pour étudier dans l’atelier de Fernand Cormon et Jules Lefebvre. Revenu dans son pays natal, et à Londres, il aime travailler dans les villes côtières avec d’autres artistes comme Walberswick, Newlyn et Saint Yves. Ses premières œuvres sont alors des paysages, souvent réalisés sur le motif et en plein air. Mais il sait aussi se montrer un excellent portraitiste, ce qui finira par lui amener la clientèle la plus princière. L’un de ses tableaux les plus célèbres demeure le portrait de la Queen Mary demeuré aujourd’hui dans la Royal Collection, à Londres. À la croisée de ces deux talents, développés avec brio, se situe notre toile, Le Retour des lavandières, à la fois scène de genre et paysage. Les modestes travailleuses s’échelonnent sur un chemin en pente, saisies avec beaucoup de pudeur, dans un environnement qui se situe sans doute dans un univers maritime. Tous ces domaines abordés avec bonheur lui vaudront de devenir un artiste notable, et d’être nommé plus tard président de la Royal Academy de 1928 à 1938. Soixante-sept de ses peintures sont conservées dans les collections britanniques. Mais l’on pouvait posséder un bel exemple de son talent avec cette toile, décrochée pour 24 800 €. 

tableaux, mobilier et objets d'art
samedi 23 juin 2018 - 14:00 (CEST)
18, rue des Cordeliers - 60200 Compiègne
Actéon - Compiègne Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne