Gazette Drouot logo print

Les différentes versions de l’art déco

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 07 février 2018 - 14:30 (CET) - Salle 6 - Hôtel Drouot - 75009

Plusieurs créations d’André Arbus (1903-1969) réalisées pour le même commanditaire se trouvaient dispersées lors de cette vente d’art déco. Il s’agissait d’une paire de tabourets curule en bois noirci à piétement en «U» renversé (61 x 70 x 51 cm 10 400 €), d’un lit corbeille (55,5 x 230 x 160 cm) sorti de ses rêves à 8 190 €,...

André Arbus (1903-1969) et Joseph Monin (1903-2000), bureau à corps quadrangulaire... Les différentes versions de l’art déco
André Arbus (1903-1969) et Joseph Monin (1903-2000), bureau à corps quadrangulaire entièrement gainé de parchemin, souligné d’un tablier en bois noirci débordant cranté à trois tiroirs, 75,5 x 130 x 61 cm.
Adjugé : 21 060 €

Plusieurs créations d’André Arbus (1903-1969) réalisées pour le même commanditaire se trouvaient dispersées lors de cette vente d’art déco. Il s’agissait d’une paire de tabourets curule en bois noirci à piétement en «U» renversé (61 x 70 x 51 cm 10 400 €), d’un lit corbeille (55,5 x 230 x 160 cm) sorti de ses rêves à 8 190 €, d’une commode à neuf tiroirs en ceinture (67 x 154 x 42 cm 26 000 €) et du bureau reproduit ici, qui enregistrait 21 060 €. Les trois derniers meubles étaient entièrement gainés de parchemin, le bureau et la commode ayant par ailleurs été réalisés en collaboration avec le sculpteur Joseph Monin (1903-2000) pour les ornements : un voilier en ivoire pour l’entrée de serrure du premier, un motif stylisé pour la seconde. Quant à la commode, elle avait fait l’objet d’une publication lors du XXVe Salon des artistes décorateurs de juin 1935, dans la section «Mobilier & Décoration». Le travail de celui qui se présentait comme issu d’une vieille famille d’ébénistes «De père en fils depuis très longtemps. Autant dire que je suis né dans un atelier d’ébénisterie» signe le retour à la grande tradition française. La même généalogie s’applique à Eugène Printz (1889-1948), mais la comparaison s’arrête là, ce dernier s’éloignant rapidement du classicisme pour s’intéresser aux formes modernes du mobilier. Lors de cette vacation, une paire de fauteuils en bois vernissé à large dossier incliné et accotoirs pleins à manchettes rainurées détachées, dont un modèle similaire était présenté sur son stand lors du même Salon, se faisait particulièrement remarquer en retenant 79 300 €.

mercredi 07 février 2018 - 14:30 (CET) - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 75009
De Baecque et Associés ,
Leclere - Maison de ventes
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne