Gazette Drouot logo print

Les couleurs de la vie

Publié le , par Caroline Legrand

Le docteur Sanson a collectionné avec passion les œuvres d’artistes de la seconde école de Paris qu’il admirait, et qu’il a connus personnellement. Quand la vie rejoint l’art.

Charles Lapicque (1898-1988), Le Chemin de fer de Paimpol, 1957, huile sur toile... Les couleurs de la vie
Charles Lapicque (1898-1988), Le Chemin de fer de Paimpol, 1957, huile sur toile signée et datée en bas à droite contresignée, titrée et datée au dos. 90 x 130 cm (détail).
Estimation : 15 000/20 000 €

À peine visible derrière la flamboyante fantaisie des tons chaleureux  rouge, orangé, jaune , le petit train de Paimpol serpente gaiement pour bientôt rejoindre la côte. Comment ne pas choisir cette œuvre de Charles Lapicque, emblématique du renouveau des années 1950, pour illustrer l’ensemble bientôt proposé aux enchères à Vannes, celui du docteur Sanson ? Un neuropsychiatre collectionneur qui tenait à rencontrer les artistes. La tâche lui a été facilitée par sa place privilégiée au sein du musée d’art moderne de la ville du Havre. C’est en Normandie que tout a commencé. Jean Sanson est en effet né en 1920 à Saint-Victor-l’Abbaye, près de Tôtes, dans le pays de Caux. Enfant, il rêvait de devenir peintre, chef d’orchestre ou écrivain. Mais, après ses études au lycée Corneille de Rouen, il commence sa médecine à Paris. Si la raison l’a certainement poussé vers ce choix de carrière, l’esprit ne tardera pas à revenir à la charge ; il opte pour une spécialité loin d’être anodine : la neuropsychiatrie. Cet humaniste passionné de peinture et de livres arpente les rues de la capitale, en quête de quelques œuvres d’art cachées dans les nombreuses galeries et librairies. La collection s’enrichit petit à petit. Sa carrière le ramène bientôt en Normandie. Après son internat à l’hôpital de Ville-Evrard, Sanson s’installe au Havre, en 1951, comme neuropsychiatre. Il y retrouve son ami, le peintre Reynold Arnould (1919-1980). Ce dernier, natif de la cité portuaire, vient d’être nommé conservateur des musées de la ville par le ministre des Affaires culturelles, André Malraux. Sa mission ? Veiller sur la reconstruction du musée d’art moderne de la ville, détruit par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Sous sa houlette, l’établissement deviendra une référence culturelle. Ainsi, les artistes de la «nouvelle école de Paris», auxquels sont consacrées plusieurs expositions, viennent régulièrement au Havre. Le docteur Sanson en profite pour les rencontrer, et se lie d’amitié avec certains d’entre eux. À son décès, en 1994, il laisse une intéressante collection, qui sera donc dispersée à Vannes le 7 octobre prochain. Parmi la vingtaine d’œuvres, citons les Heures et Images familières d’une saison violente, peintes en 1962 par Corneille (20 000/25 000 €), L’Étang de 1961 par André Beaudin (3 000/4 000 €) ou une Composition de 1966 par Mario Prassinos (4 000/6 000 €). De fait, sont aujourd’hui regroupés sous le terme de «seconde» ou «nouvelle» école de Paris, des artistes de tous horizons unis par leur volonté de s’exprimer en toute liberté. Parmi eux se distingue Charles Lapicque, qui découvrit la Bretagne avec ses parents dès ses 12 ans. En 1928, il abandonne son travail d’ingénieur pour se consacrer à la peinture. S’il expose après-guerre aux côtés d’Estève, de Pignon, de Bazaine ou de Lhote, il n’appartient pas à un courant stylistique particulier. L’ancien scientifique base une grande partie de son travail sur la correspondance des couleurs, le bleu indiquant un effet de rapprochement, le rouge et le jaune l’éloignement. Tout au long de sa carrière, il traitera un grand nombre de sujets, allant de scènes de bataille à des paysages, toujours à la frontière entre figuration et abstraction.

tableaux modernes, provenant de la collection du Dr Sanson, arts décoratifs, sculptures
samedi 07 octobre 2017 - 14:30 (CEST)
8, rue du docteur Joseph-Audic, zone d'activités du Ténénio - 56001 Vannes
Jack-Philippe Ruellan
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne