Les constellations colorées de Günther Förg

Le 05 novembre 2020, par Anne Doridou-Heim

Cette peinture de 2007 de l’artiste allemand Günther Förg, rarissime sur le marché français, devrait faire un feu d’artifice dans le ciel des enchères.

Günther Förg (1952-2013), Sans titre, 2007, acrylique et craie sur toile, 195 300 cm.
Estimation : 400 000/500 000 
© Estate Günther Förg, Suisse/ADAGP, Paris, 2020.

Cet acrylique et craie sur toile de 2007 de Günther Förg place le regardeur face à de simples taches de couleur librement réparties sur la toile. Les œuvres importantes de l’artiste sont rares sur le marché français, la première apparaissant à la 22e place de son palmarès Artnet. Aussi, c’est peu de dire que cette composition risque d’être fort observée. Lorsqu’il l’exécute, Förg entame son ultime série picturale, les Spot Paintings. Il est déjà considéré, depuis près de trente ans, comme l’un des artistes allemands les plus importants de la génération d’après-guerre. Très jeune, il a développé une approche expérimentale et provocatrice, convoquant l’abstraction et l’expressionnisme, allant également chercher des idées dans l’architecture, tout en s’ouvrant à la fois à la photographie et à la sculpture. Il s’inscrit en force contre la peinture figurative, alors prédominante dans son pays. Après ses premières toiles des années 1970 – des monochromes noirs sur lesquels il ajoute une couche de gris translucide –, il enrichit sa palette au début de la décennie suivante, s’inscrivant ainsi dans la continuité dénommée colorfield de ses homologues américains, notamment Mark Rothko et Barnett Newman. Mais sans en partager leurs aspirations métaphysiques, comme le souligne Paul Schimmel dans le catalogue de l’exposition que le San Francisco Museum of Modern Art lui consacre en 1989 : « Le travail avec ce langage (l’abstraction), qui a été décrit au XXe siècle comme spirituel, religieux, symbolique, profondément universel et mythique, ne semble pas faire partie de la réalité de Förg… il n’y a aucun autre sens que la chose elle-même. » Les formes géométriques ordonnées gouvernent son travail souvent qualifié de minimaliste. Changement de cap début des années 2000 : délaissant une certaine rigueur, son geste devient plus libre. Förg assouplit les formes et donne naissance à des motifs presque organiques, une constellation de touches colorées alertes. C’est en découvrant des photographies de l’atelier londonien de Francis Bacon qu’il en a la confirmation, celui-ci avait en effet l’usage de frotter ses pinceaux sur les murs et les portes pour les nettoyer. Cette méthode fait écho à la sienne de calculer la valeur d’une couleur en tamponnant le pigment de son pinceau sur une surface de papier ou de tissu. Le dynamisme et une certaine sensualité de ses œuvres séduisent, celles-ci sont accrochées dans les institutions internationales les plus pointues en matière d’art contemporain, du MOCA de Los Angeles à la Tate Britain de Londres en passant par le MOMA de New York. Dans quel ciel celle-ci ira-t-elle briller ? Réponse forcément colorée le 2 décembre.

mercredi 02 décembre 2020 - 17:00 - Live
17, rue Grange Batelière - Paris - 17, rue Grange Batelière - 75009
Millon
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne