Gazette Drouot logo print

Les beautés intemporelles de Cassigneul

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 20 juin 2020 - 14:30 (CEST) - Le Galaxy, route des CréActeurs, BP 60089 - 14800 Deauville

Provenant directement d’une succession tourgevillaise, cette toile de 1964 de Jean-Pierre Cassigneul charme par son mystère, comme une négation de l’emprise du temps.

Jean-Pierre Cassigneul (né en 1935), Jeune Fille aux tresses, 1964-1975, huile sur... Les beautés intemporelles de Cassigneul
Jean-Pierre Cassigneul (né en 1935), Jeune Fille aux tresses, 1964-1975, huile sur toile signée, 81 65 cm.
Estimation : 15 000/18 000 

Cette toile sera présentée avec une autre œuvre du même auteur et de la même époque, Jeune fille au catogan, provenant également de la succession d’un habitant de Tourgéville, dans le Calvados, non loin de Deauville où se déroulera cette vente. Il faut dire que la célèbre cité balnéaire normande a grandement inspiré le peintre – un peu à la manière d’un Kees Van Dongen, avec lequel il partage par ailleurs bien des particularités stylistiques. Jean-Pierre Cassigneul a ainsi de nombreuses fois posé son chevalet non loin de la plage, observant les élégantes paradant dans leurs plus beaux atours. Difficile cependant de situer cette Jeune fille aux tresses, qui réunit les caractéristiques physiques des modèles de l’artiste, avec ses yeux aux cernes noirs, sa fine silhouette et ce petit brin de fantaisie, cette improbable coiffure aux tresses relevées bien au-dessus de la tête. Une esthétique parfaitement réfléchie et finalement sobre grâce aux couleurs jouant des nuances d’ocre. On comprend pourquoi les Japonais ont apprécié le travail du peintre dès les années 1970. D’ailleurs, ce dernier est aujourd’hui, et l’on peut le regretter, plus apprécié à l’étranger qu’en France. Il a même réalisé des enchères à six chiffres outre-Atlantique, ce qui le place parmi les artistes contemporains français les mieux cotés : une reconnaissance pour celui qui a mené sa carrière sans rechercher le succès, choisissant de s’orienter vers un style figuratif postimpressionniste qui n’était pas le plus à la mode dans les années 1950-1960. Les leçons de son maître Jean Souverbie ont-elles eu une influence ? Quoi qu’il en soit, les galeries ou les salons ont plébiscité son travail et il expose sans discontinuer à partir de 1959. Une popularité qui ne cessera de croître au fil des décennies.

samedi 20 juin 2020 - 14:30 (CEST) - Live
Le Galaxy, route des CréActeurs, BP 60089 - 14800 Deauville
Tradart-Deauville
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne