Gazette Drouot logo print

Les artistes à l'index

Publié le , par Vincent Noce

Schiele, le parfum du scandale» : au moment où le centenaire de la mort précoce du peintre est célébré de par le monde, le musée de Boston a cru bon d’adapter les panneaux d’une exposition, qui se termine cette semaine, à l’actualité brûlante du mouvement #MeToo. Il évoque ainsi en termes effarouchés sa « réputation d’artiste...

  Les artistes à l'index
 

Schiele, le parfum du scandale» : au moment où le centenaire de la mort précoce du peintre est célébré de par le monde, le musée de Boston a cru bon d’adapter les panneaux d’une exposition, qui se termine cette semaine, à l’actualité brûlante du mouvement #MeToo. Il évoque ainsi en termes effarouchés sa « réputation d’artiste adepte de la transgression, aux marges de la société ». « Aujourd’hui, son nom est cité parmi les artistes ayant fait preuve d’un comportement déplacé. Cette accusation provient notamment de son inculpation (qui aboutit à un non-lieu) pour enlèvement et agression sexuelle sur mineure. » Un peu courte, l’explication laisse le profane sur sa faim (et ses soupçons). Le New York Times n’a pas, lui, ces pudeurs : après l’annulation d’une exposition à Washington consacrée au portraitiste Chuck Close, accusé de harcèlement envers ses modèles, le vénérable quotidien s’étonne que les musées n’accolent pas systématiquement «un astérisque aux œuvres d’artistes connus pour avoir violenté les femmes tels Picasso et Schiele». Le logo doit être en cours d’élaboration ; il serait du reste intéressant de savoir comment il pourrait se dessiner. Toute rupture, telle que celle qui se vit pour remettre en cause le statut trop longtemps réservé aux femmes, entraîne des tourbillons et des excès, qui même dans leur démesure ne condamnent pas le fondement du mouvement. Dans la France bien plus conservatrice, l’histoire de l’art a toujours résisté au «questionnement sexuel» qui a pris une telle place en Amérique. Il pourrait être instructif de voir comment chaque exposition prévue sur les œuvres plus que suggestives de Schiele et de Klimt à Moscou, Vienne, Paris, Londres ou New York aborde (ou pas) la question et la traite pour les visiteurs. 

Le New York Times voudrait que les musées accolent « un astérisque aux œuvres d’artistes connus pour avoir violenté les femmes tels Picasso et Schiele ».

L’histoire, pour autant, ne devrait pas être malmenée par les vagues de l’émotion chéries des médias. Egon Schiele fut certainement accusé de «conduite déplacée». Il n’était pas un violeur pour autant. En Autriche, la présence de nus dans l’atelier et sans doute son mode de vie avec Wally leur valurent les foudres du voisinage. Ils durent quitter la ville pour se réfugier près de Vienne, dans une maison dont l’atmosphère attira inévitablement les adolescents du coin. Un jour de 1912, le peintre a accepté d’accompagner une fugueuse de 13 ans, qui voulait retrouver sa grand-mère à Vienne, avant de la ramener à la maison trois jours après sa disparition. Le père ayant porté plainte entre-temps, l’artiste fut inculpé de détournement de mineure. L’accusation fut abandonnée en trois semaines, par des autorités qui n’étaient certainement guère enclines à l’indulgence. Mais la police avait saisi dans les tiroirs une centaine de dessins érotiques. Comme certains auraient pu avoir été vus par des mineurs quand il les réalisait dans l’atelier, le jeune homme fut condamné pour «immoralité publique» à vingt-quatre jours de prison. Le juge mit le feu à l’une de ses feuilles à l’audience. Cet événement qui fit remonter des souvenirs de son enfance et les semaines de détention préventive ont profondément marqué l’un des fondateurs de l’expressionnisme et son œuvre. Dans les galeries modernes, il serait sans doute plus simple et rapide d’accoler un astérisque à ceux ayant adopté une existence rangée et moralement acceptable à nos yeux. Quand on voit un musée user à ce point du pléonasme en qualifiant un artiste de «marginal adepte de la transgression», il convient de rappeler que la seule raison qui vaille en art, c’est la liberté.

Les propos publiés dans cette page n’engagent que leur auteur.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne