Gazette Drouot logo print

L’élégance du style Transition par Saunier

Publié le , par Philippe Dufour

Le goût français n’a jamais été très porté vers les formes échevelées du baroque tardif, à l’inverse de ses homologues italiens et allemands. Dès les années 1750, le style rocaille passe de mode à Paris ; la symétrie et les lignes droites reviennent alors en force, une tendance à laquelle madame de Pompadour n’est pas étrangère....

L’élégance du style Transition par Saunier
Commode en acajou à ressaut central, époque Transition, estampillée «Claude Charles Saunier» et «JME», 87 x 127 x 64 cm.
Adjugé : 13 400 €

Le goût français n’a jamais été très porté vers les formes échevelées du baroque tardif, à l’inverse de ses homologues italiens et allemands. Dès les années 1750, le style rocaille passe de mode à Paris ; la symétrie et les lignes droites reviennent alors en force, une tendance à laquelle madame de Pompadour n’est pas étrangère. Ce style Transition, qui s’étend jusqu’aux années 1770, est à l’origine de meubles fort élégants, à l’image d’une commode estampillée Saunier vendue 13 400 € à Fréjus. Reçu maître en 1752, Claude-Charles Saunier fut l’un des fournisseurs attitrés de Versailles sous le règne de Louis XVI. À l’opposé des fastes princiers, cette pièce en acajou à ressaut central ouvrant à cinq tiroirs sur trois rangs, dont deux tiroirs sans traverse, joue sur la simplicité absolue et la beauté de l’essence exotique. Illustrant la tendance précédente, une autre commode, tombeau celle-ci, et en marqueterie de bois de violette, parée d’une riche ornementation de bronze doré, était estampillée «Mathieu Criaerd», reçu maître à Paris en 1738. Pour elle, le marteau s’abattait à 6 480 €. Du côté des cimaises, on remarquait surtout une école de Lucas Cranach, dit l’Ancien, représentant une Vierge à l’Enfant, datant des environs de 1560, qui était décrochée pour 4 320 €. Quant à un Jugement de Salomon, peint au XVIIe siècle, on le devait à une école de Pierre Paul Rubens, et il nécessitait 3 240 €. Terminons sur un opulent miroir en bois doré, ciselé de feuilles d’acanthe et de fleurs sur le pourtour, et surmonté d’un fronton à trois angelots, caractéristique de l’Italie du début XVIIIe, reflétant 3 300 €. 

tableaux du XIXe, sculptures, bronzes, jouets, collection de cadres, objets d'art et d'ameublement, affiches
samedi 24 février 2018 - 14:30 (CET)
Espace Paul-Vernet - 95, place Paul-Vernet - 83600 Fréjus
Rois & Vaupres Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne