Gazette Drouot logo print

Le Vélox, un yacht de légende

Publié le , par Caroline Legrand

Quand la fiction rencontre la réalité, le peintre de marine Édouard Adam imagine la célèbre goélette Velox en pleine régate… un beau rêve pour les amoureux de yachting.

Édouard Adam (1847-1929), Départ de régate au passage du bateau comité. Goélettes... Le Vélox, un yacht de légende
Édouard Adam (1847-1929), Départ de régate au passage du bateau comité. Goélettes en course représentant au premier plan les goélettes Velox portant le guidon du Yacht Club de France et Fiona, vers 1886, huile sur toile signée, 90 150 cm (détail).
Estimation : 20 000/25 000 €

Il a été détaillé par les plus grands peintres de la Marine de son temps et glorifié par les amoureux de navigation. Velox reste encore aujourd’hui dans les mémoires. Les spécialistes de yachting Jacques Taglang et François Chevalier lui ont même consacré un ouvrage en 1994, dans lequel ils vantent ce «fabuleux exemple de création et de conception navale», résumant la fascination qu’il exerce encore par ces trois mots : «Excellence, pertinence, innovation». Sur ce tableau signé Édouard Adam, la célèbre goélette se présente de profil, à gauche de la composition, arborant le guidon triangulaire bleu, blanc et rouge du Yacht Club de France. Vers le spectateur, de face, file une autre embarcation à voile triangulaire, la Fiona. Nous sommes au moment du départ de la régate, sous l’œil des organisateurs et spectateurs postés dans le bateau à roue à aubes agrémenté de multiples fanions colorés. Adam est peintre de la Marine depuis un an lorsqu’il réalise ce tableau, ainsi qu’un autre, aujourd’hui conservé au musée de la Marine de Paris. Le nôtre, jamais passé en vente, de dimensions exceptionnelles chez l’artiste, peut se targuer d’une histoire très spéciale. Son commanditaire ? Henri Augustin Sieber (1843-1913). Cet industriel français a acquis la goélette cette même année 1886. Provenant directement de sa descendance, la peinture est restée jusqu’à ce jour dans sa villa néogothique de Dinard, baptisée elle aussi «Velox» en l’honneur de son yacht. C’est là que l’œuvre a survécu aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale… Si l’artiste décrit avec subtilité et réalisme un départ de course à laquelle participe Velox, il s’agit en fait d’une pure fiction. En effet, la goélette, pourtant prévue initialement pour réaliser des performances inédites, n’a jamais participé à une régate. Elle n’effectuera finalement que des croisières privées avec ses propriétaires successifs. De 42,24 mètres de long, dotée d’un mât de 45 mètres de hauteur, elle a néanmoins révolutionné l’univers de la navigation dès sa construction, en 1875 au chantier naval du Havre, d’après les plans de Jacques-Augustin Normand. Son mécène, le noble polonais Benoît Tyszkiewicz, la baptisa Zemajteij, du nom de sa ville natale. Las, à la suite d’un incident, la goélette échoue et se voit délaissée. C’est le baron Eugène Roissart de Bellet qui l’acquiert le 8 septembre 1879, avant qu’il décide de se dédier à la navigation à la vapeur et de la vendre à Sieber sept ans plus tard. Mais auparavant, le baron l’avait renommée Velox, «rapide» en latin. Un terme bien choisi, puisqu’elle réalise des pointes à 16 nœuds, soit presque 30 km/h. Du jamais vu pour un bateau de cette taille ! Son intérieur est bien sûr d’un luxe rare et sa carène au dessin révolutionnaire fera école. Cette construction inaugure de plus l’utilisation de la méthode à triple bordage de sa coque, offrant tout à la fois légèreté et rigidité. Patron du chantier naval du Havre, Normand complète l’ensemble en plaçant sous la quille un plomb, lestant ainsi son poids déjà substantiel de trente tonnes. Sachez enfin que Velox n’a jamais été motorisé. Seuls ses quelque 1 480 m2 de voile le propulsèrent durant toute son existence, qui s’acheva tristement en 1914, lorsque son démantèlement fut acté, faute d’acheteur à la suite du décès d’Henri Augustin Sieber. L’œuvre d’Édouard Adam n’en est que plus désirable.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne