Le supermarché des images au Jeu de Paume

Le 10 mars 2020, par Sophie Bernard
Andreas Gursky, Amazon, 2016.
© Andreas Gursky/Courtesy de l’artiste et Sprüth Magers/ADAGP, 2019

Dès l’entrée, on prend la mesure du caractère exceptionnel de cette exposition qui occupe l’intégralité du Jeu de Paume. Sur la mezzanine, les murs sont recouverts d’un papier peint où s’accumulent des vues d’écrans de sites Internet. « Since You Were Born » d’Evan Roth répertorie toutes les images stockées à son insu dans son ordinateur, des centaines en deux ans. L’œuvre résume bien les enjeux de cette exposition réunissant une cinquantaine d’artistes internationaux : analyser l’omniprésence des images dans notre quotidien, s’interroger sur leur gestion, leur circulation et leur impact. Articulé en cinq parties – « Stocks », « Matières premières », « Travail », « Valeurs » et « Échanges » –, le parcours propose une réflexion sur « les images de l’économie et l’économie de l’image », résument les trois commissaires Emmanuelle Alloa, Marta Ponsa et Peter Szendy. Toutes les disciplines sont là : installations, vidéos, photographies, sculptures, lithographies, films, peintures, le Jeu de Paume en est métamorphosé. La présentation, qui fait la part belle aux contemporains – Sophie Calle, Maurizio Cattelan, Andreas Gursky, Sylvie Fleury, Thomas Ruff, Hiroshi Sugimoto et de nombreuses découvertes – réserve aussi une place de choix à quelques grandes figures historiques : Kazimir Malevitch, László Moholy-Nagy, les frères Lumière, Yves Klein, Richard Serra ou encore Sergueï Eiseinstein. Baudelaire ne croyait pas si bien dire dans Les Curiosités esthétiques, il y a plus de cent cinquante ans : « Tout l’univers visible n’est qu’un magasin d’images et de signes […] c’est une espèce de pâture que l’imagination doit digérer et transformer. » Inédite, cette exposition devrait faire date.

Jeu de Paume,
1, place de la Concorde, Paris VIII
e, tél. : 01 47 03 12 50.
Jusqu’au 7 juin 2020.
www.jeudepaume.org