Gazette Drouot logo print

Le portrait féminin selon Picasso

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 11 juin 2022 - 14:00 (CEST) - 110, avenue du 1er-Mai, zone industrielle Saint-Joseph - 04100 Manosque

À l’image de cette Tête de femme, Pablo Picasso compose à la fin de sa carrière un grand nombre de dessins, où il confère à ses visages féminins une grande charge érotique.

Pablo Picasso (1881-1973), Tête de femme, 1970, dessin double face au crayon feutre... Le portrait féminin selon Picasso
Pablo Picasso (1881-1973), Tête de femme, 1970, dessin double face au crayon feutre sur carton, signé et daté « 2.6.70 » en haut vers la droite et redaté «mardi 2.6.70» au recto, 20 14,5 cm.
Estimation : 60 000/80 000 
Adjugé : 192 759 
© Succession Picasso, 2022

Passé par la galerie Louise Leiris, ce dessin est également reproduit en page 42 de l’ouvrage de Christian Zervos Pablo Picasso volume 32. Œuvres de 1970 (éditions Cahiers d’art, 1977). Double face, ce carton porte sur son recto une inscription indiquant la date du « mardi 2.6.70 ». Il nous rappelle cette formidable énergie créatrice dont était doué le maître du siècle dernier, même à la fin de sa vie. S’il ne négligea durant sa carrière aucun médium, passant sans difficulté de la peinture à la céramique ou à la gravure, Picasso a toujours conservé un grand attachement à l’art du dessin. Celui-ci était une seconde nature ; il aimait tracer rapidement au crayon ou à la plume n’importe quel croquis de ses personnages ambivalents. Nombreux dans les dernières années, ils se nomment Arlequin, Pierrot, mousquetaire ou encore matador. Mais on n’oubliera pas dans cette liste la figure féminine. Tout le monde sait l’importance du rôle des femmes dans la vie de l’Espagnol, et à chacune de ses périodes phares est associé le nom d’une compagne. Celle de la fin de sa vie se nomme Jacqueline Roque, qu’il épouse en 1961 et avec laquelle il s’installe à Mougins en 1965, à la suite d’une importante opération de l’estomac. Les années qui suivront seront néanmoins fécondes, donnant par exemple naissance entre 1968 et 1972 à plus d’une centaine de toiles. Au travers de ces innombrables portraits et nus féminins, Picasso exprime son obsession de l’érotisme, qui choquera, entre autres, les visiteurs de son exposition organisée au palais des Papes en 1970 par Yvonne et Christian Zervos. En ces dernières années, l’artiste repense sa manière si multiple dans un syncrétisme formel, tout comme ses thèmes favoris. Il a ainsi totalement revisité le portrait au fil du temps, notamment pendant sa période cubiste, plaçant cette représentation du point de vue de sa propre perception, et non de la vérité physique de son modèle. Une œuvre subjective qui instille le doute sur l’identité, sans cesse en mutation.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne