Gazette Drouot logo print

Le guarnerius de Régis Pasquier

Publié le , par Sophie Reyssat

Le concertiste se sépare de son violon du XVIIIe siècle, chef-d’œuvre du luthier italien «del Gesù».

Bartolomeo Giuseppe Guarneri «del Gesù» (1698-1744), Crémone, 1736, violon complet... Le guarnerius de Régis Pasquier
Bartolomeo Giuseppe Guarneri «del Gesù» (1698-1744), Crémone, 1736, violon complet en toutes ses parties principales, fond d’une pièce en érable ondé, table d’harmonie en deux pièces d’épicéa, tête et éclisses en érable, vernis brun orangé sur fond or, mesure sur le fond : 35,1 cm.
Estimation : 4/4,5 M€

Ils ne seront que quatorze violons, deux violoncelles et trois archets, à Neuilly ce vendredi, mais ils sauront se faire entendre… L’Italie sera mise à l’honneur par cet instrument d’exception fabriqué par Bartolomeo Giuseppe Guarneri, héritier d’une prestigieuse tradition de lutherie remontant au XVIIe siècle. C’est à cette époque que le violon, instrument baroque par excellence, a gagné en popularité à la faveur de l’engouement pour l’opéra. Grâce aux innovations d’Andrea Amati, à Crémone, il est devenu l’instrument moderne que nous connaissons, encore perfectionné par ses fils et son petit-fils, Nicolas, qui a adapté sa sonorité aux grands orchestres et à l’accompagnement de plusieurs chœurs en créant son modèle dit «grand pattern». Devenu «la» référence, celui-ci a influencé toute la production crémonaise ultérieure, dont celle d’Andrea Guarneri, le grand-père de Bartolomeo Giuseppe. «Del Gesù» est le plus célèbre luthier de sa famille, bien que sa carrière, de seize ans seulement, ne lui ait permis de produire que 150 instruments environ, contre près de 600 pour son contemporain Antonio Stradivari. L’influence de ce dernier est perceptible dans ce violon de 1736, un modèle plus plat aux larges ouïes, fabriqué pendant la période de maturité de l’artisan. S’il prend alors des libertés par rapport aux modèles familiaux, il demeure fidèle aux principes de construction d’Amati. Le soin apporté au choix des bois est remarquable, et semble montrer qu’il ne travaillait pas à l’économie. Essentiellement joués en Italie jusqu’à la tournée européenne de Niccolò Paganini, en 1828, les instruments de Guarneri sont désormais recherchés par les spécialistes du monde entier pour leur sonorité unique. Régis Pasquier a eu un coup de foudre pour le sien : «Cet instrument sonne tout seul, il offre une résonance exceptionnelle», s’émerveille le «meilleur violoniste du monde», qui souhaite aujourd’hui le transmettre à un autre musicien émérite.

vendredi 03 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Live
164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200 Neuilly-sur-Seine
Aguttes
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne