Gazette Drouot logo print

Le galeriste Stéphane Jacob ouvre un espace dans le Marais

Publié le , par Vanessa Schmitz-Grucker

Depuis sa création, en 1996, sa galerie, spécialisée en art aborigène australien, était située dans un appartement boulevard Pereire (17e), accessible uniquement sur rendez-vous. Il vient d’investir un espace de 105 mètres carrés, rue Chapon, autrefois occupé par la galerie Nicolas Silin.

Le galeriste Stéphane Jacob ouvre un espace dans le Marais
D.R

Diplômé de l’école du Louvre, Stéphane Jacob fait un bref passage au musée des Monuments de France, juste avant de s’envoler pour l’Australie, au début des années 1990, où il découvre l’art aborigène. De retour à Paris, il travaille avec l’historien de l’art Guy Cogeval. Mais l’Australie l’appelle, il repart pour Sydney en 1995. Il y achète sa première œuvre aborigène auprès de la galeriste Judith Behan. En 1996, il ouvre un espace dédié à cette culture et s’impose comme un acteur clé de sa diffusion, également via les collections muséales, notamment celles du musée des Confluences de Lyon. En remerciement de ses services rendus pour l’art et la culture du pays, il est nommé officier de l’ordre d’Australie, l’équivalent de notre Légion d’honneur, en 2018, une distinction rarement attribuée à un étranger.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne