Le dessin sans réserve au musée des Arts décoratifs

Le 13 juillet 2020, par Marie-Laure Castelnau
Charles Le Brun (1619-1690), Projet pour le plafond du Grand Cabinet du roi aux Tuileries, vers 1665-1671.
© MAD, Paris

Depuis son arrivée au musée des Arts décoratifs en 2017, elle trie, classe, inventorie… L’enthousiasme de Bénédicte Gady, en charge du département des Arts graphiques, se retrouve dans l’exposition qu’elle a conçue pour partager avec le public ses découvertes, sous forme d’abécédaire : «A» comme architecture, «B» comme botanique, «D» comme décors, jusqu’à «Z» comme zoo, en passant par «F» comme figures, «M» comme mobilier ou «S» comme séduire… Évoquant l’univers des réserves, sa scénographie originale présente la plupart des dessins sur fond de caisses de transport en bois. Cette sélection de cinq cents feuilles, parmi plus de 200 000 dessins, permet de révéler la qualité, l’originalité mais surtout la variété de cette collection unique, offrant un panorama de la création du XVe siècle à nos jours. En témoignent ici les différents médiums, techniques, papiers, formats, dates et artistes, mais aussi une palette de motifs entre façades, portraits, fleurs, bijoux, paysages ou haute couture – avec une série remarquable de Marguerite Porracchia, dont le crayon a secondé les pensées de Jeanne Lanvin. Certaines de ces œuvres sont célèbres, comme le Jeune homme nu (1909) de Pierre-Paul Prud’hon, d’autres méconnues, tels le modèle de Jean Souverbie pour l’escalier monumental de Chaillot (1937), l’Étude pour un cheval (1883) à taille réelle au pastel d’Albert Besnard ou encore un dessin très rare, daté de 1510 et représentant une tourelle : une œuvre authentique présentée sans fard, avec tous ses défauts, ses plis, ses taches, sans réserve…

Musée des Arts décoratifs,
107, rue de Rivoli, Paris 
Ier, tél. : 01 44 55 57 50.
Jusqu’au 31 janvier 2021.
www.madparis.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne